La lettre infinie

Cette lettre mondiale a pour but de rassembler les visions et les propositions d’avenir les plus positives et harmonieuses possibles. Que souhaitons-nous de meilleur pour la planète, pour nos enfants et pour tous les règnes vivants ?
Nous avons la conviction que ce site est une bonne approche pour donner une impulsion à notre rêve collectif dans l’esprit des drapeaux de prières tibétains.

Petits ou grands, contribuez à bâtir cette nouvelle humanité en rédigeant au présent votre vision la plus haute du monde de demain.

Nous ne publierons que les messages non-redondants, de même que ceux qui proposent des solutions purement concrètes à ce changement. Merci d’éviter par exemple : « je veux la paix, l’amour et la Joie sur la Terre ».

Quel est votre message?

 
 
 
 
 
 
Charte
Chacun est libre de partager son message, à conditions de respecter les points ci-dessous. Si nous estimons que l’un de ces critères n’est pas respecté, votre message sera supprimé sans avis :

1. Éviter les tournures de phrases négatives (ex : j’aimerais une planète sans violence et sans guerre. Rédiger de préférence : « ’aimerais une planète où règnent la paix et la fraternité humaine ».
2. Rédaction courtoise et respectueuse.
3. Éviter les annonces publicitaires.
4. Éviter de commenter les messages des autres.
5. 300 mots maximum (1/2 page A4)
6. Vérifier la grammaire et l’orthographe, car nous ne toucherons pas à vos textes.
106 messages.
Monique de La londe les maures a écrit le 4 décembre 2021
Connaissez-vous cet oiseau des montagnes qui ne réussit jamais à faire son nid parce qu'il a toujours mieux à faire et remet cette tâche pourtant vitale au lendemain ? Et ce jusqu'à la fin de sa vie ! Son nom est Kankucho. On peut certes en rire, mais n'y a-t-il pas un peu de kankucho en chacun de nous ? Le proverbe le confirme en nous disant "Ne remets jamais au lendemain ce que tu peux faire le jour même!", nous alertant ainsi sur une tendance naturelle à une négligence paresseuse. Faire son nid, c'est installer un "chez soi" si solide que rien ne peut l'altérer, ni le plaisir ni la douleur. C'est asseoir une conviction inébranlable dans le pouvoir de la Loi.

Le 3 décembre 2021
(Traduction adaptée d'un encouragement paru dans le Seikyo Shimbun)
Monique fontaine de La londe les maures a écrit le 4 décembre 2021
"L'amour est l'unique liberté qui existe dans ce monde. Parce qu'il élève l'âme à un rang suprême, où ni les codes des êtres humains, ni leurs coutumes ne peuvent l'atteindre et où ni les lois, ni les ordres de la nature ne peuvent gouverner."

Khalil Gibran
Sylvie L. de Hyères a écrit le 2 novembre 2021
Je rêve d'un monde où l'éducation précoce diffuse dans les esprits le droit de penser différemment, combiner au geste naturel d'entrer en communication, en dialogue pour se découvrir et découvrir l'autre dans ce qui est vivant en chacun de nous, et qu'un espace soit sanctuarisé pour co-créer les solutions ensemble qui vont donner satisfaction à tous.
En deux mots, apprendre à vraiment dialoguer et l'accueil et le respect qui vont avec.
J'ai dit.
Delphine de valromey sur seran a écrit le 21 octobre 2021
Ma vision de l'avenir est que chaque être humain retrouve sa souveraineté et son plein pouvoir afin de pouvoir ensemble co-créer ce nouveau monde d'amour de solidarité en connexion profonde avec la nature.
Je souhaite que nous soyons tous des gardiens de la vie sous toutes ses formes et que nous mettions tous nos dons au service de la vie.
Je rêve d'un monde ou l'on se sert tous dans les bras, ou l'on s'entraide, ou l'on partage ou la bienveillance est omniprésente, ou chaque personne regarde l'autre comme une prolongation de lui-même.
Je rêve que chacun puisse s'épanouir dans sa vie, s'émerveiller de tout, être dans la joie, l'amour, la beauté, la connexion avec le grand tout et puisse réaliser ses visions dans son incarnation.
Foufelle christine de Villeneuve de marsan a écrit le 13 octobre 2021
Dans ce nouveau monde je souhaite que les gens soient en bonne santé, plus de produits chimiques dans notre environnement ,des jardins partagés, des écoles ouvertes sur la vie où tous auront leurs chances, de l'entraide et de de l'amour inconditionnel dans le respect de tous et principalement des enfants et des personnes âgées.
Magali VILLARD de St Martin en Haut a écrit le 10 octobre 2021
Mon rêve...
Que chaque Animal, Végétal, Humain soit reconnu comme issu de la Source et considéré comme Sacré,
Que la Joie et le Rire viennent inonder nos vies,
Que ces dernières soient sous le signe de la LIBERTE, de la SOUVERAINETE, du RESPECT du VIVANT et de la DIVERSTE,
Que les Êtres d'âges, de cultures différents se cotoient pour partager leurs richesses de coeur,
Que l'Abondance soit une évidence dans tous les domaines,
Que l'Amour du Vivant soit la SEULE NORME acceptable et évidente,
Que la vie soit simple, fluide et riche,
Que l'instant présent soit le seul qui nous intéresse,
Que nos coeurs s'ouvrent aux mondes invisibles,
Que chaque Être soit en pleine santé et ce jusqu'au bout de sa vie terrestre,
Que la richesse se mesure aux rencontres et au Bonheur de chacun,
Que la technologie soit au service et dans les respect du Vivant,
Que la puissance de Notre Unité soit reconnue et utilisée pour améliorer la vie de chacun,
Que nous nous sentions concernés par ce qui nous entoure et que nous cherchions des solutions de façon collégiale,
Que l'éducation devienne une priorité à l'échelle humaine,
Que chacun apprenne l'autonomie et puisse servir le groupe grâce à ses dons,
Que le temps libre soit majoritaire sur le temps oeuvré,
Que chaque institution soit souple et évolutive,
Que la nature puisse reprendre ses droits et que nous nous remettions à son service et non l'inverse
Que mon rêve soit partagé et complété par d'autres...
Fanny de Echallens a écrit le 30 septembre 2021
Je rêve d'un monde où nous utilisons internet que par ordinateurs câblés et que nous avons que des téléphones fixes filaires pour communiquer entre nous. En ayant, la préférence de se rencontrer en vrai.
Je rêves d'un monde libre
Un monde de respect total de tous les êtres vivants
Un monde de joie, de rires, de sérénité, de quiétude
Un monde de partages et de co-créations
Un monde d'amour, de câlins et de bisous
Un monde d'échanges de services
Un monde où chacun a le temps de prendre son temps
Où tous les êtres humains ont un grand amour pour la Terre et en prenne soin
Où on arrive tous à avoir que de superbes paroles, de merveilleuses pensés et de magnifiques actes
Du moins le mieux qu'on peut
D'avoir le droit de s'exprimer comme on le souhaite
De danser, chanter, jouer, faire le clown, créer
Et où on travaille tous un peu la terre pour se nourrir
Se connecter à son Soi en son coeur en pleine conscience
Se nourrir de l'énergie universelle en cette lumière blanche d'amour et de bienveillance
Où tous les êtres humains prennent plutôt les moyens de transport, le vélo et la marche
Serge Landu de Malaga, Espagne a écrit le 26 septembre 2021
La sagesse universelle enseigne qu'avant de savoir où nous allons, nous devrions savoir d'où nous venons et où nous sommes.
Notre humanité actuelle étant partie intégrante de ce grand et complexe univers qui nous a vu exister et grandir, nous portes nous sous la forme du vivant. L'univers qui nous porte est bien le résultat d'une conception et d'une intelligence supérieure.
Alors l'amour, la quête du bonheur et les valeurs positives qui nous portent ainsi que ce désire de vivre, de vivre le plus longtemps voir éternellement, font partie de l'héritage légitime qui nous ont été transmis dans nos ADN à tous.
Le présent nous révèle que nous portons encore en nous, dans les belles âmes du monde cet héritage ancien. L'avenir ne pourrait s'écarter de ce chemin lumineux et beau qui rassemble et permet les autres amours pour les autres humains, le vivant et la Terre.
En partageant et en faisant redécouvrir autour de nous qui nous sommes vraiment, aidera beaucoup à nous tourner à nous vers ce Dieu d´Amour, ce Concepteur Intelligent et travailleur qui dans le livre de l´Apocalypse a en réalité promis de réaliser, le retour aux sources du bonheur SUR TERRE, la fin des forces du mal et des valeurs négatives politiques, économiques, sociales qu'ils ont mis en place depuis des siècles,
En tant qu'humain, nos bons actes auront un impact, certes, limité pour le moment, mais constituent déjà le chemin harmonieux à suivre...Le Concepteur de notre magnifique univers lui a la force et l'intention d'arrêter ces Êtres iniques invisibles derrière les forces politiques, économiques, technologiques obscures (y compris transhumaniste). Comme ce système Diabolique a été mis en place depuis longtemps, et a réussi au fil des siècles et années successives à détacher la majorité de l'humanité de Dieu, en les déconnectants de la Bible et des belles réalités de la foi, en prenant soin de le remplacer par un monde matérialiste et une philosophie prônant l'évolution et un big bang sans Dieu....mon language passerai pour beaucoup aujourd'hui comme une profession de foi, alors que j'expose la vérité, solution véritable à nos problèmes.
Alors s'ouvrira une ère de joie et paix sur TERRE comme jamais vue avant, où les humains se rendront comptent que nos aspirations et valeurs les plus profondes que nous avions toujours prendront sens, car nous aurons retrouver notre vraie identité, comme cet enfant qui après des années apprend qui est son vrai Père, et tous se remets en place....le vivant sur Terre reprend sa place, le respect et l'harmonie retrouvés, les équilibres entre l'humain, son Créateur et le monde de la nature retrouvé.
Chantale Nabet de Marseille a écrit le 24 septembre 2021
Je rêve d’un monde où l’on apprend, très jeunes, aux enfants à vivre libres et heureux, où l’on a ranimé la flamme dans les yeux et le coeur des personnes âgées, qui reprennent leur place de choix dans la société, celle de mémoire vivante où ils enrichissent les autres de leur expérience, et racontent, de nouveau, le soir à la veillée… où les anciens « laissés pour compte » retrouvent leur dignité humaine parce qu’on a besoin de tous pour construire un monde de paix.

Je rêve d’un monde organisé en petites communautés qui s’autogèrent et échangent entre elles, des communautés que l’on peut intégrer et quitter à son gré dans le respect du groupe.

Je rêve d’un monde où l’entraide est la norme, où l'on construit les maisons ensemble, où l’autonomie en eau, en énergies est une préoccupation commune, où chacun mange à sa fin, boit à sa soif, dort en sécurité.

Je rêve d’un monde où la nature a repris ses droits, où les prairies renaissent, les fleurs sauvages envahissent les champs, où la conscience de sa valeur et des cadeaux qu’elle nous fait, est présente partout, où les potagers et les vergers sont soignés avec amour et respect car nous vivons désormais près de la terre.

Je rêve d’un monde où honorer le vivant est la règle, où les animaux sont occasionnellement abattus pour leur chair selon des régles éthiques que chaque humain respecte. Ils peuvent pour le plus grand nombre vivre en paix et en liberté, dans un univers qui leur appartient, gambader à travers champs et forêts et de temps à autre, et pour certains, partager leur vie avec nous.

Je rêve d’un monde où chacun a sa place et exprime par ses activités, dans la joie, l’être profond qu’il est.

Je rêve d’un monde où tous les savoirs sont partagés librement, où chacun fait et vit selon ses propres normes, dans la conscience de ce qu’il doit à la communauté.

Je rêve d’un monde où les valeurs sont la justice, l’équité, l’honnêteté, la confiance, la tolérance, l’amour, la liberté, le partage, le bien-être, la joie…

Je rêve d’un monde où le bien-être de chacun est la préoccupation de tous, de sorte que si l’un manque d'une chose, tous se mettent en quête pour la lui trouver ou la lui donner.

Je rêve d’un monde où la paix, la joie, l’amour règnent parce que chacun sent, cultive ou apprend à connaître le lien invisible qu’il a avec les autres êtres vivants et l’univers, un monde où les différences de vues se règlent dans une intention de paix.

Je rêve d’un monde où tout se fait pour le bien de tous et de chacun.

Je rêve d’un monde où l’on n’oublie jamais de se réunir pour partager des moments d’amour, de gaieté, d’élévation de la conscience, un monde où, par tous ces partages fréquents et réguliers, tous les êtres se comprennent plus et mieux chaque jour.
Michel Aurélie de Paris a écrit le 17 septembre 2021
Je rêve d'u monde où les pays se reconnaitraient comme différents les uns des autres, mais riches de cultures propres. Pour mon pays, j'aimerai que le système politique soit habité par des personnes éprises du bien commun durable pour les générations à venir ; donc des personnes absolument détachées de la démagogie électorale et qui n'auraient aucun intérêt financier ose lancer en politique (par exemple, leur rémunération serait celle qu'elles auraient eue précédemment ; certes les rémunérations de ceux qui se mettraient au service du collectif seraient donc inégales mais justes dans une optique où le service politique ne doit ni enrichir, ni appauvrir celui qui s'y consacre un temps donné). J'aimerai un pays où l'art de la fête serait au coeur de la vie sociale : il y a tant de choses à fêter dans nos vies ! Ces fêtes seraient inter-générationnelles avec des contes, de la danse sur des musiques vivantes (non enregistrées). Bon j'ai plein d'autres rêves mais voilà déjà ma contribution. Merci de m'avoir lu 😉
Isabelle de St Maurice en Chalencon a écrit le 15 septembre 2021
La jouissance de l'Univers et de tout ce qu'il contient. Pour ceci, je me libère chaque jour des désirs égotiques, de l'appropriation individuelle et de l'attachement aux êtres, aux formes et aux choses.
Et TOUT advient !
Tout s'émerveille!
MONTEFUSCO Gilles de VENTABREN a écrit le 7 septembre 2021
Je vous souhaite à tous, d'ouvrir les yeux, à vous à l'autre, à la nature, voir enfin que la vie se cache partout, même dans les limbes les plus obscure, voir et rencontrer l'autre sans peur, sans crainte, juste se voir, pour regarder dans la même direction.....
Ely de Abu Dhabi a écrit le 7 septembre 2021
Je vois une planète où la majorité a enfin compris que sélectionner des sages pour les mettre au pouvoir et à la direction des médias est ce qui rend notre humanité vraiment humaine et donc sage. Un moyen de sélectionner ces sages, en attendant un monde sans argent, a été de choisir parmi ceux qui acceptent de ne jamais dépasser le niveau de possessions ou de privilèges en nature ou espèces, des plus pauvres des travailleurs ou des sans-travail. Cette politique humanitariste n’empêche pas les gens de s’enrichir mais limite leurs possessions à un plafond qui peut être par exemple de 1 milliard de dollars. Le reste des richesses est sous le contrôle de certains de ces sages qui ont aussi leurs examens médicaux publiés régulièrement pour s’assurer que leur cerveau est toujours en parfait fonctionnement sur le mode compassion et amour.
Anne de Saint Martin a écrit le 2 septembre 2021
Si je te croise sur mon chemin, une seule fois ou bien chaque jour, je veux pouvoir te regarder en souriant, sincèrement te dire bonjour et recevoir ton regard sans peur ni jugement en retour, avec ton sincère bonjour dans un grand sourire bienveillant, sans te connaitre pourtant.
Pijnen de Marseille a écrit le 31 août 2021
Si je devrais aspirer à un monde meilleur, ce serait tout d’abord un monde plus juste, où l’equilibre des richesses serait bien mieux réparti, afin que tout être dans ce monde puisse avoir une vie décente,que chaque enfant sur cette planète ait la possibilité de se nourrir, se chauffer, avoir un toit, aller à l’école, qu’il ait des perspectives d’avenir, qu’il apprenne à réfléchir par lui-même, ait accès à la culture et la connaissance. Je bannirai forcément la violence, la cupidité, la lâcheté ou bien je la punirai sévèrement. Je privilégierai un monde et un retour à la nature, en sortant davantage du conditionnement et du système artificiel et technologique, sans le supprimer mais en l’utilisant à bonne escient. Je ferai en sorte que les animaux soient davantage traités en tant qu’être sensible à part entière. Je sens de profondes injustices dans ce monde, où quelques individus disposent des 3 quarts des richesses, je n’en vois aucune utilité sinon la schizophrenie d’en posséder toujours plus, mais à quelles fins car tout est temporaire et finitude.. j’inviterai le monde à être d’avant créateur, développer son côté artistique, ingénieux plutôt que consommateur asservi et dépossédé de tout esprit critique. Et en dernier lieu, je remettrai au goût du jour la philosophie qui nous apprend à devenir bien meilleur à tout niveau. Avec des méthodes ludiques, simples, une façon d’enseigner tout autre..et ainsi construire une jeune génération fière d’elle, de ce qu’elle accomplit.
Stalder de Genève a écrit le 30 août 2021
Cet après-midi, dans la rue, j’ai pensé à ce joli thème : si je pouvais imaginer le monde… si je pouvais seulement faire un vœu pour qu’il devienne un petit peu mieux, un petit peu plus doux. Et j'en ai trouvé trois, de vœux.

Le 1er.
Après de longues semaines dans la nature, je suis retournée en ville. Quand je suis éloignée de tout, j’ai l’impression d’avoir un certain recul, je gagne un certain silence, comme un regard plus doux sur le monde. Et je me dis des tas de choses.
Et je me dis notamment que j’aime mes frères et sœurs humain-es. Si heureuse de pouvoir partager de la confiance. Si heureuse de pouvoir vivre avec la grande nature. Si heureuse d'être inspirée par la beauté, la noblesse, les cœurs inspirés.
Les quotidiens de beaucoup d'entre nous ne sont pas marrants parce qu'ils reçoivent du stress et des tensions que d'autres ont reçus et qu'ils partagent plus loin... ils sont forcés d'avaler ces poisons, de réagir aux violences sans pouvoir trouver un chemin viable pour préserver la joie.
Alors je me disais tout ça, assise dans un tram, les yeux rivés sur mon écran. Dans ce con-texte, le masque bien campé sur le nez, aucune fuite ni du regard ni de l’expression, je suis comme chacun: sage comme une image comme à l'école. Dans ces instants-là, je sais qu'être conforme, plus qu'un choix est une norme ou je me sens en sécurité. Et depuis que je fré-quente mes semblables dans les trams, j'observe que l'exubérance, l'extériorité et la commu-nication avec les autres est finalement assez rare, les gens sont discrets et sans excès. Comme moi d'ailleurs. Si cette attitude est respectueuse, elle est pourtant triste.
Parce que nous sommes TOUS des cœurs vibrants. Et se regarder dans les yeux, se voir, c’est se rencontrer. S’aimer. C’est se montrer et s'ouvrir, aller vers quelque chose d’inconnu, de beau, de nouveau.
Alors voilà, mon premier vœu est prêt :

C’est qu’on s’accueille dans cette rencontre nouvelle et dans ce beau sourire là.

Mon deuxième.
J’aimerais dire que des fois, je tombe. Oui: vous savez: je me casse la figure. Et je me relève à toute vitesse, époussetant mon arrière train en rigolant jaune: même pas mal. Et d’autres fois c’est mon sac migros en papier, rempli à ras bord qui lâche par le fond au milieu de la rue. Et la cerise, il flotte. Je ne dis pas que c’est grave , mais que les gens passent tout droit, c'est quand même trop con. J'aimerais que quand ça m'arrive, ou que quand ça vous arrive, j'aimerais qu'on se sente pas tout-e seul-e. J’aimerais que quelqu’un déboule et se marre avec moi tout en m’aidant à me relever. Avec tendresse. Ça, ça m’aiderait beaucoup. Beau-coup beaucoup beaucoup.

C’est mon second vœu:
Quand je flanche devant les autres, que quelqu’un m’aide à me relever en rigolant et me tapotant dans le dos avec tendresse. Et de même, quand tu flanches devant les autres, que je t'aide à te relever en rigolant et te tapotant dans le dos avec tendresse.


Le dernier.
C’est donc l’autre jour. J’étais à la pompe à essence. Comme je connais le côté où se trouve le bouchon à essence de ma voiture, j’évite de me mettre du mauvais côté au moment où je prends du jus. Sauf que ce jour-là, quand je me suis garée pour faire le plein, la voiture qui était sur la pompe de gauche avait son bouchon du côté droit. Et moi qui ai mon bouchon du côté gauche, il me restait que la pompe du côté droit. En ouvrant la portière, je me suis adressée au monsieur de la voiture de gauche pour lui faire remarquer gentiment que c’était un peu absurde puisque tous deux nous étions du mauvais côté. Il ne s'est pas vexé. Il ne s'est pas énervé. Il ne m'a pas aboyé dessus. Il a souri, disant qu’il était effectivement pressé au moment ou la pompe de son côté était occupée. Quand quelqu'un réagit de la sorte, et bien mon cœur se répare de toutes les fois ou j'ai été mal reçue; mon coeur rit, bondit, est heu-reux. Je lui ai dit que c’était chouette de sa part de me répondre aussi gentiment, et que beaucoup se vexent ou ne comprennent rien quand on leur dit des choses comme ça. Et là, il a souri jusqu’aux oreilles et en passant devant moi, m'a soufflé à l'oreille « ouais, et on a en marre des gens comme ça ! » J’étais : ébouriffée.

Alors mon vœu, c’est celui-ci : Reconnaître la vérité et la verbaliser à celui qui en a besoin pour avancer sur son chemin.


Finalement, c’est juste des petites choses toutes simples.
Lucette de Suisse a écrit le 30 août 2021
Dans mon rêve, tous nos magnifiques messages, tout ceux que je viens de lire, tous nos rêves ici recueillis seront lus, relus, chantés à voix haute, dansés, à chaque croisement de chemin et chaque jour. Puis, avant de reprendre nos routes, à pied ou à vélo, avant de reprendre nos outils et nos travaux, avant de poursuivre nos échanges, nos partages et peut-être nos disputes…nous seront invités au silence pour apprendre cultiver nos intériorités profondes. Jour après jour, nous apprendrons à nous nourrir de cette communauté de souffles qui, rassemblés, nous portent plus loin, plus grand, plus haut, plus sage, plus fort, plus créatif, plus joyeux que ce que nos yeux, nos oreilles et nos cœurs humains enfermés dans nos individualités, dans nos familles et dans nos cercles de corps et d’affinités, le peuvent aujourd’hui.
Et nous pourrons nous rappeler avec gratitude d’où nous venons et où nous voulons aller: cette force de l’intention et du désir de vie ensemble dans le respect des différences que nous incarnons, sans exclure personne…
Y contribuer chacun, chacune, à la mesure de nos forces et de nos talents; et sans attendre, déjà mettre les mains dans le vivant et concret des choses à faire, à transmettre, à écouter, à dire, à écrire, à construire, à dessiner, à partager…
Nos vies commencent maintenant, dans chaque souffle neuf que nous respirons ici!
Didier LAINARD de FERRIERES EN BRIE a écrit le 29 août 2021
Pour demain il n'y a que deux voies possibles. Pour nous qui sommes épris de liberté, c'est très peu. La première voie, celle qui sera prise par la majorité des gens, sera d'ignorer les phénomènes cataclysmiques, comme le dit le GIEC, qui s'approchent à grand pas et qui vont se terminer bientôt par la disparition de tous ces humains. L'autre voie, qui suppose un engagement sans faille, avec beaucoup d'humilité, beaucoup d'investissement, qui permettra de passer cette période de sang et de fureur qu'on appelle l'effondrement, et de vivre après comme des humains debout, heureux de voir se lever chaque matin le soleil et qui pourront vivre sans stress, sans anxiété, proche de la nature et de ses rythmes, proche de ceux qu'ils aiment et qui maintenant ont compris l'importance des relations humaines. Mais pour cela, il faut s'engager très vite dans ce que nous appelons les Fermes de la vie. Vous allez reconstituer un village comme nos aïeux l'ont fait pendant deux mille ans, avec vos maisons en terre/paille, construites pour les trois cents prochaines années, autour d'une surface cultivée d’un hectare qui donnera aux cinq cents habitants du village toute la nourriture dont vous pouvez rêver et faire en plus des conserves. Vous aurez une médecine qui n'est pas seulement curative et chimique, mais qui renforcera votre bien-être et qui apportera la prévention comme l'ayurvéda et toute les pratiques qui vous apportent du bien. L'éducation sera tout aussi complète mais débarrassée de l'action du marché. Les Fermes appartiennent de façon égale à chaque membre de la Ferme, il n'y a plus d'argent, plus de politique et la religion dans la Ferme est strictement personnelle. Il n'y a pas de discrimination dans la Ferme. Et il y a des occupations aussi variées que pour cette civilisation, mais les pilotes de ligne pourront devenir pilote de diligence, les banquiers s'occuper de la gestion des œufs de poules, etc. Cette ferme, votre ferme, c’est vous qui la construisez avec humanité, altruisme, générosité et avec joie. Nous vous apportons un guide et comme vous nous sommes bénévoles. Si vous désirez donner un avenir aux enfants d'aujourd'hui et à vous-même, un message vous ouvrira les portes d'une nouvelle vie.
Esprit actuellement emprisonné dans un habitant de la planete terre de France atlantique a écrit le 29 août 2021
Un monde meilleur que celui actuel serait un monde où :
- les richesses seraient plus équitablement partagées,
- nous serions réellement tous libres et égaux en droit,
- chaque être humain serait bienveillant envers les autres,
- nous respecterions mieux la nature et la bio diversité,
- ceux qui font le mal seraient toujours instantanément remis dans le droit chemin, voir envoyé sur une autre planète (entre eux) si vraiment ils persistent,
- tout le monde ne dirait toujours que la vérité et rien que la vérité en toute circonstance,
- la propagande n'existerait pas,
- nous vivrions en vraie démocratie,
- nous agissions toujours dans l’intérêt commun et non pas pour son profit personnel,
- les décisions pour le futur, pour chaque domaine, serait pris en concertation des personnes les plus intelligentes de la planète (et donc non pas uniquement les plus riches),
- l'harmonie serait plus importante que la compétition,
- toujours en paix,
- toutes les maladies seraient soignées,
- chaque être vivant aurait au moins assez à manger pour vivre,
- les humains chercheraient toujours à devenir meilleur en tout, tant que ça reste éthique et pour le bien de l’humanité et de la planete,
- il y aurait moins de divorces et plus de valeurs morales,
- le futur nous apparaitrait alors plein d'espoir, pour le bien de nos enfants et tous les autres futurs habitants de la terre.
Enfin pour finir et être plus concret je crois surtout qu'a l'heure du Covid 19 le monde serait meilleur si ceux qui se posent plus de questions que les autres sur ce que nous disent les main stream media, ne soit pas systématiquement qualifié de complotistes ni honteusement suspendu de leurs fonctions. Si plus de personnes pouvaient aussi se rendre compte quand on leur ment je crois que tout irait mieux finalement.
Et conclusion positive : je commençais a devenir fou de voir dans quelle direction va le monde, et sur ce qu'on nous dit aux infos, mon entourage me comprend mais reste dubitatif sur mes opinions, cependant depuis quelques semaines le stress quotidien que j'avais a été remplacé très rapidement par de la sérénité et de la joie de découvrir soudainement des personnes plus intelligentes et merveilleuses les unes que les autres, qui partagent ma vision, mon sixième sens, m'ouvre a plein de nouveaux horizons et redonne espoir pour le futur. Merci du fond de mon âme à toutes ces personnes-là d'avoir le courage d'exprimer leurs opinions et de lutter contre le mal, parfois à leurs risques et périls, tout en continuant de tenter de faire le bien !
Céline Soli D. de Mouscron a écrit le 28 août 2021
J'étais en train de rédiger un post et un discours suite au fait que mon intuition m'avait envoyé "I have a dream" et que j'avais vu que ce discours de Martin Luther King s'était proclamé un 28 août comme ce jour. Alors, je vous partage mon discours...


Oui, aujourd’hui, nous ne sommes pas aussi heureux que nous le voudrions.
Oui, aujourd’hui, nous ne nous sentons pas aussi libres que nous voudrions l’être.
Oui, aujourd’hui, nous ne nous sentons pas aussi rassasié de paix, d’amour et de joie que nous le voudrions.
Et c’est ce qui nourrit mes rêves…
Oui, j’ai un rêve, même plusieurs !
Je rêve d’un monde où chacun se lève de bonne humeur chaque matin, la joie d’être en vie.
Où chacun prend sa place, celle qu’il a choisi, indépendamment des cases dans lesquelles la société tente de le placer.
Je rêve d’un monde où chacun a la fluidité d’être, de présenter qui il est.
Où chacun à son poste, a juste à être pour rendre le monde beau.
Je rêve d’un monde où chacun dit sa vérité en ayant confiance qu’il sera écouté et entendu.
Je rêve d’un monde où chacun peut compter sur quelqu’un, autant que se sentir entouré, aimé, reconnu et soutenu, à commencer par lui.
Où chacun peut vivre des relations authentiques et se sentir en sécurité en la présence de l’autre.
Je rêve d’un monde où la vie, la joie et la liberté de chacun primerait à toute décision ou action ;
Je rêve d’un monde où chacun a ses besoins assouvis, peu importe le mode d’échange utilisé.
Je rêve d’un monde où chaque être est en parfaite harmonie avec la nature et la vie sur Terre.
Je rêve d’un monde où chacun pourrait se suffire à lui-même mais où la collaboration et les échanges relationnels le nourrisse tout autant.
Alors, aujourd’hui, je prends l’engagement de commencer par moi et mon environnement proche, pour créer un point de chaleur si intense que les ondes d’amour commenceront à se propager partout dans le monde.
Je commence d’ailleurs par regarder où ça existe déjà chez moi et dans le monde pour me rendre compte que ça existe déjà et qu’il me suffit d’apprendre à m’étendre dans la réalité de mes rêves.
J’ai à cœur de réunis des âmes dans ce même rêve et c’est ce que j’entreprends actuellement.
Et je vous invite, chères âmes qui sont touchées par ce message à vous lever et à agir pour vous-m’aime.
Commencez à prendre le chemin vers vous, votre cœur se réjouit déjà.
Personnellement, j'ai fait ce rêve et il se réalise déjà !
Eva de Nérac a écrit le 27 août 2021
Je rêve d’un monde dans lequel je pourrai exprimer pleinement qui je suis, sans peur d’être jugée, sans crainte d’être rejetée. Un monde dans lequel on s’écoute ; un monde dans lequel on prend le temps d’être, d’être à soi, avec les autres, avec le vivant. Un monde fait de rires et de partages, de rencontres et de réalisations communes. Un monde où chacun, chacune puisse trouver ce qui l’anime et puisse l’exprimer, le concrétiser. Un monde où chacun, chacune occupe une vraie place. Ce monde, il est déjà là ! Je le vois, je le vis même parfois… avec ma famille, mes enfants et quelques amis, parfois aussi lors de rencontres fortuites. Ce monde joyeux et créatif est sous nos yeux ! Je souhaite que chacun-e puisse le voir ; le voir et le faire croitre. Ayons la foi, croyons en nous, aimons la vie, le nouveau monde est déjà là et nous en faisons partis…
Jean-Louis Bueche de Uvrier a écrit le 26 août 2021
Puissions nous tous tendre a se connaître mieux personnellement en vue de découvrir notre véritable nature qui nous permettrait de se procurer confiance en soi, joie, simplicité, authenticité et respect de soi-même et des autres en vue du Partage, seul mot de la langue française qui peut remplacer le mot la Vie. C'est vraiment la base de toutes choses, même de l'amour... Sans lui, n'est-ce pas une survie ?
Darada Maryvonne de Longwy a écrit le 24 août 2021
mon souhait de coeur : que l'Humain se souvienne qu'il FAIT partie de la Nature, qu'il n'y a pas de séparation entre lui et l'environnement, et qu'il retrouve le respect qu'il se doit, comme dans le message du chef Seattle.
Isabelle Dertin de Sieuras a écrit le 23 août 2021
Je me souviens que nous sommes toujours à la bonne place au bon moment, et que nous sommes tels que nous avons été crées. Je choisis de regarder le monde avec les yeux de l'âme plus tôt qu'avec les yeux de l 'égo car cette vision nous fait voir le monde de manière déformée, malade et illusoire. Rien de tout cela n'est réel. Je choisis de poser un autre regard sur la vie et de la voir merveilleuse. J'évolue à chaque instant dans un monde harmonieux et j'accepte enfin de bénéficier de tous les cadeaux que la vie me fait et qui a toujours été à mon entière disposition : l'amour, l'harmonie, la douceur, l'abondance, la prospérité, la santé...
Sand de Marseille a écrit le 23 août 2021
Une planète où les individus vivraient dans le respect d'eux-mêmes et des autres. Ce respect passant d'abord par l'acceptation et l'amour de soi : condition préalable essentielle et nécessaire pour accorder ce même respect aux êtres vivants (animaux, végétaux et autres écosystèmes compris) qui nous entourent et agrémentent notre quotidien.
L'harmonie intérieure étant le reflet de l'harmonie extérieur.
De la même manière, un lieu où l'individu développerait un sentiment, sinon d'amour, du moins de bienveillance envers soi-même et autrui : lui souhaitant ce qu'il souhaiterait de mieux pour lui-même !
Un lieu où vilenies, vices, violences et bassesses seraient proscrits: on l'aura compris au regard de la nature humaine existante et de son attrait pour ces tensions internes négatives: un lieu qui relève de l'idéal qui saurait pourtant être atteint par un travail intérieur de chacun sur soi...
PIERRE BASQUIN de VEDENE a écrit le 22 août 2021
Je ferme les yeux et ouvre mon coeur. Le silence m'emplit de sa présence. C'est alors que je perçois l'infini "Le UN fini" celui qui me comble et me remplit de joie. Que suis-je venu chercher ici bas puisque je possède et perçois l'éternité qui s'offre à moi. Rien n'est séparé. Prenant le corps d'un humain il m'arrive parfois de séparer le haut du bas, mais puisque tout fait UN cette séparation, me limite dans mes perceptions. Toi , moi, vous, et à travers vous je perçois qui nous sommes. Le fruit d'un Amour Infini. Et le fruit de ce partage m'offre les plus beaux cadeaux, le don d'entendre vos plus belles musiques, d'admirer vos plus beaux tableaux, d'être comblé de vos plus beaux silences. Merci à vous de m'offrir tout cela!
John de meaux a écrit le 22 août 2021
Bonjour, il est difficile de partager mon monde idéal pour demain en aillant déjà une limite ou censure sur la base d'un monde harmonieux, la paix, l'amour et la joie sont les choses les plus importantes car c'est se que l'on manque à l'heure actuelle.
Je vais donc faire l’effort de l'éviter même si l'humanité en manque cruellement.
1) Apprendre à vivre en harmonie avec la nature.
2) Changer notre définition du mot richesse, la vrai richesse de l'humanité est le savoir et la connaissance partager de génération en génération, c'est le but d'une évolution et de notre expérience sur terre.
3) La liberté d'expression qui a pour seul limite le respect.
4) Fonctionner sur des principes et valeurs: Respect, Honneur, Partage, Confiance, Ecouter et ne plus entendre...
5) Retourner au naturel, la nature a déjà tout créer et tout inventer on n'a juste perdu le savoir de vivre avec et sur la façon de l'utiliser.
6) Un monde sans argent, seulement le partage et l'échange, (très important pour éviter les drames que celui-ci génère)
7) Un monde sans superficialité car la superficialité est déjà un début de tromperie voir trahison.
8) Aucun jugement
9) Vivre dignement
10) élever nos enfants sur des bases de valeurs, apprendre à écoute la nature et se qu'elle nous offre etc... (La base)
11) Ne rejeter personne, pas d'exclu.
Dans mon futur monde je vois aussi tout ce qui a été déjà dit dans cette lettre car c'est chacun de nous qui formons cet équilibre, on a besoin de toutes et tous pour créer un monde meilleur.
Mon dernier mot sera ceci:
La vrai richesse de l'humanité est le savoir, la connaissance, le partage et ses différences et de vivre avec en harmonie sera la réussite de l'humanité.
Gaud de MARSEILLE a écrit le 22 août 2021
Je rêve d'un monde plus sain et plus simple où nous avons plus de temps pour être dans le présent, écouter notre coeur, écouter les autres, se reposer, respecter son propre rythme, ses besoins et sa sensibilité. Je rêve d'un monde où chacun se connaît mieux tant sur le plan psychique que physique, où chacun trouve sa juste place pour contribuer à son bonheur et celui d'autrui. Où les humains sont capables de s'autoguérir tels des sorciers ou des sorcières et de transmettre ce savoir. Je rêve d'un monde qui retrouve sa magie, sa connaissance des plantes, des pierres. Où l'humain est plus connecté à la nature, où il la comprend mieux. Je rêve d'un monde où les humains sont complémentaires. Je rêve d'un monde plus équilibré et plus respectueux des animaux, de la Terre mais aussi des objets. Je rêve d'un retour à la Terre. Je rêve de solidarité et de paix. Je rêve que tous les humains retrouve la saveur des choses simples : un bon repas, un fruit, de l'eau, la chaleur des rayons du soleil sur la peau, la douceur d'une couverte, la tendresse d'un être aimé, le sourire d'un enfant, le plaisir de danser, chanter et de se sentir vivant, le plaisir de partager et de rire. Je rêve d'un monde où chacun est bien entouré, un monde plus léger et plus fluide. Je rêve d'un monde plus courageux, plus acteur et profondément bienveillant. Je rêve d'un monde où le mental s'apaise. Je rêve d'un monde plus autonome, artisanal et durable. Je rêve d'un monde où il fait soleil dans le coeur de chacun.
Zorg Galax de 1170 Aubonne a écrit le 22 août 2021
Je désire simplement un monde ou les moutons qui se prennent pour des hommes ne laissent plus les forces de l'ombre détruire la Terre et les empoisonner.

Simplement une humanité:
Ne suivant plus leurs «Ego ignare», mais la guidance divine.
Sachant tenir en équilibre l'ombre et la lumière pour vivre une dualité gratifiante.
Fraternelle partageant biens et connaissances...
Prenant conscience de son appartenance divine...

https://messagerdelun.fr
Flore de Bedoin a écrit le 22 août 2021
Le système a pris son pied depuis des lustres, il a fait de nombreux adeptes, mais son impatience le mène à sa perte, car même s’il a réussi à endormir la majorité, une minorité même brimée, affublée, attaquée sans relâche, a trouvé sa force dans la solidarité, la joie de se tenir les coudes, de n’être plus seul devant sa télé, ses problèmes..., la crise amène le changement, et la destruction n’a qu’un temps! Place à la reconstruction, avec des bases plus solides, retour à certaines valeurs, respect de chacun, regroupements, réseaux pour informer, aider les plus démunis, créations de lieux publics ou villages pour ceux qui veulent faire partie de ce nouveau monde!, créer des écoles avec la participation des adultes, sensibiliser les jeunes au monde animal, végétal, apprentissage des médecines naturelles, connaissance des plantes, autonomie, créativité, minimiser notre dépendance à internet ou tout gadget électronique, prendre le temps...
Chacun apporte ses connaissances, savoir-faire, sa positivité, tant de choses à créer...
Barbara de Lessoc a écrit le 21 août 2021
J'ai quitté la ville il y a 14 ans pour transformer un lopin de terre en jardin luxuriant, où chaque recoin raconte une histoire. Cet écrin de ressourcement, qui jusqu'à ce jour m'a protégée, demande à s'ouvrir dans l'émulation de partages, de contemplation, de jardinage, de cueillettes, d'ateliers de peinture, ou autres...et de fait à accueillir tout élan bienveillant dans l'esprit du troc.

Je rêve d'une Terre sur laquelle les lettres de noblesse seraient rendues à Dame Nature, pour que cette dernière foisonne jusqu'au coeur des cités. Une débauche de verdure à couper le souffle (et à en redonner), pour que joie, gratitude et émerveillement nous transportent dans la sensation grisante de prendre part à un grand tout.
Yves Le Floc'h de Brunoy a écrit le 20 août 2021
Pour bâtir cette nouvelle humanité, je souhaite que chaque être humain se reconnecte au Vivant, en prenant conscience dans son ressenti qu'il fait entièrement partie de ce Vivant.
Je souhaite que cette humanité renouvelée et connectée au Vivant contamine le Monde afin que l'Environnement soit enfin la priorité et que des décisions soient prises sans délai pour inverser la vapeur sur le changement climatique et la transition écologique.
Je souhaite que l'ère industrielle et économique décroisse, que les richesses soient partagées à travers notre Monde.

je souhaite que chaque être humain retourne à la terre, s'entoure d'animaux, de plantes, de fleurs, d'arbres, qu'il fasse preuve d'autonomie pour se nourrir de son jardin (nourriture pour le corps, l'esprit, le spirituel), que les êtres humains aillent à la rencontre d'autres être humains, qu'ils bâtissent ensemble des communautés et des lieux de vie harmonieux et bienveillants où le respect de soi et des autres soient primordiaux et où l'amour, le partage des connaissances et des émotions, et la joie circulent.
Je souhaite que ces petites communautés de colibris se multiplient et vibrent de belles énergies vitales qui se répandront dans notre Monde.
Aujourd'hui, je me met en chemin pour faire partie d'un tel projet et être colibri !
Sonia Piet de St Paul la Roche a écrit le 20 août 2021
Tous les cadres qui balisaient mon existence ont fondu. Désormais, je vis en roue libre.
Je me lève à telle heure parce que je me sens reposée. Je pose tel acte parce que ma conscience me le dicte. Je n’en réfère à personne ni à aucune institution car je suis souveraine et seule responsable. Je vais m’abreuver des connaissances et savoir-faire qui nourrissent mon être. Je m’honore moi-même de cela, sans avoir besoin de quémander un bout de papier attestant de ma valeur. Je le sais, c’est tout.
J’agis si je sens que c’est juste.
Je laisse tout en plan quand mon corps réclame d’aller me baigner nue dans cette eau pure et vivifiante. Je mange quand j’ai faim. Je me laisse guider par mon instinct et m’abreuve de lumière. Mon esprit est clair. Ma vue est nette. Mon cœur totalement détendu. J’ai pleinement conscience de mon environnement.
Je suis entourée par des individus qui ont pris soin, comme moi, de désapprendre pour s’éveiller à la vie. Tout est fluide. Unifiés dans notre pluralité, nous partageons et devenons dignes en tant qu’êtres humains. C’est simple, ça respire tout seul. Comme une graine qui ne demande qu’à germer puis pousser, je suis l’élan de mon âme, je réponds aux seules lois de la nature.
Betty Scholtès Nicodemo de Embu das Artes a écrit le 20 août 2021
Un monde, une société, une communauté, où les relations entre les générations soient le centre du partage et de l'épanouissement de chacun; où les enfants apprennent à l'école à découvrir qui ils sont et ce pour quoi ils sont fondamentalement faits, ce qu'est la vie et ce qu'est la mort, pour leur permettre d'être libres et légers. Un monde de respect, d'harmonie, de pleine santé, de générosité où il fait bon vivre ensemble.
(cf. Poême de Christian Tal Schaller, "Un Rêve")
John Lennon a écrit le 19 août 2021
Imagine
======
Imagine qu'il n'y a aucun paradis,
C'est facile si tu essaies,
Aucun enfer en-dessous de nous,
Au dessus de nous, seulement le ciel,
Imagine tous les peuples,
Vivant dans le présent...
Imagine qu'il n'y a aucun pays,
Ce n'est pas dur à faire,
Aucune cause pour laquelle tuer ou mourir,
Aucune religion non plus,
Imagine tous les peuples,
Vivant leurs vies en paix...
Tu peux dire que je suis un rêveur,
Mais je ne suis pas le seul,
J'espère qu'un jour tu nous rejoindras,
Et que le monde vivra uni.
Imagine aucune possession,
Je me demande si tu le peux,
Aucun besoin d'avidité ou de faim,
Une fraternité humaine,
Imagine tous les peuples,
Se partageant le monde...
Tu peux dire que je suis un rêveur,
Mais je ne suis pas le seul,
J'espère qu'un jour tu nous rejoindras,
Et que le monde vivra uni.

Vous pensez peut-être que John Lennon rêvait d'un monde meilleur, sûrement, mais pensez-vous qu'il à imaginé Imagine! Non c'est un artiste à l'écoute de son esprit et cette chanson est un message nous décrivant le monde avenir et une invitation à y venir!

J'adore les artistes... Téléphone – Jean-Louis Aubert combien de vérités dans ces chansons même jeune, savait il ce qu'il chantait, sûrement pas, aujourd’hui je pense qu'il à compris.

Juste une illusion – Locataire – Alternative - Le bateau sous la terre - Qu allons-nous leur laisser - Voyager en soi-même – Univers - Un autre monde - Point final - et ... ... ...
Angela de Liège a écrit le 19 août 2021
Bonjour à tous,
Un monde de bienveillance dès la naissance. Des médias qui envoient des bonnes vibrations. Travailler dans la joie. Une médecine non-violente et à l'écoute de chaque être. La compétition n'existe pas, être et ne pas paraître. Des potagers collectifs dans tous les quartiers. Tous les corps de métiers sont respectés.
Des arbres fruitiers dans les rues non commercialisées. Eau de source gratuite. Un monde sans argent.
Ne plus autoriser les oiseaux en cage, animalerie. Interdire les pesticides. Respecter tous le vivant...
Babeth de Vauville a écrit le 19 août 2021
Mon plus profond désir est de vivre en harmonie avec la nature tous ensemble, en famille, entre amis. D'échanger avec notre coeur nos compétences, nos savoir-faires dans les forêts, les champs au bord de la mer ou d'un lac. Mais surtout dans le respect le plus profond de chaque être et de toute cette luxuriante nature que la terre mère nous offre... Ce sera le plus bel échange entre la planète sur laquelle nous avons la chance de vivre et l'humanité.
joubert sandrine de saint jean de laur a écrit le 19 août 2021
Il existe dans chaque village, petite ou grande ville un groupe de sages sur lequel on peut compter. Ils nous conseillent le plus justement possible. Des parcelles de terres sont à disposition pour cultiver. Tout le monde s'en occupe et récolte selon ses besoins.
Tout le monde exerce une activité pour produire des biens ou des services, soit le matin, soit l'après-midi durant quatre heures. Le reste du temps est dédié à la culture et à la transmission de savoir. L'argent n'existe plus.
Les enfants sont instruits à leur rythme et leurs points forts sont mis en valeur.
Le nomadisme est apprécié et très répandu. Il est courant de changer d'endroit et de s'installer dans une demeure vacante où l'essentiel est à sa disposition. Le matériel n'a pas de valeur. Le mouvement permet une fluidité, des rencontres riches en échanges. Tout est unicité.
joubert de saint jean de laur a écrit le 18 août 2021
Je vois une fluidité dans les relations humaines. Chaque individu a guéri ses blessures émotionnelles. Il n'y a plus d'égo, plus d'orgueil, fini la dualité. Nous sommes juste ce que nous sommes, à notre place. Nous prenons plaisir à transmettre nos savoirs en toute humilité, sans avoir besoin de justifier de diplômes. Tout ce qui est vivant est respecté. Nous vivons en accord avec nous même car nous avons lâché prise. Nous faisons confiance aux vertus bienfaisantes des plantes, ainsi qu'aux guérisseurs. Nous ressentons l'énergie de la Source car nous sommes dans l'unicité. Nous nous réunissons pour danser, écouter ou jouer de la musique. L'harmonie nous enveloppe. Nous avons peu de matériel. Nous existons dans la simplicité et on ne connait pas le manque. Nous avons lâché nos peurs et nous vivons dans l'instant présent. Nous sommes dans l'Amour et la lumière.
Vàlentiny Isabelle de Liege a écrit le 18 août 2021
Je rêve que nous apprenions à vivre ensemble dans la bienveillance afin de creuser l envie de créer de mille manières des petites communautés où chacun trouve sa juste place de Vivant .
Ainsi, je crois que la force des liens humains pourra se déployer et la vie gagnera le combat.!
RENEE-PAULE HERAS DURAND de CAUX ET SAURENS a écrit le 18 août 2021
la joie est partout ou je regarde dans les roses de mon jardin ,les yeux rieurs de ma petite fille qui caresse les chèvres du champs sauvage prés du village, le rire de mon petit fils qui lit une histoire...Dans ce bain nocturne sous la lune ou j'ai retrouvé la joie de mes 20 ans...Les oiseaux qui approchent mon fauteuil dans le jardin, la joie de voir mon chat s'étirer...La joie de recevoir les œufs des poules des voisins...la joie de partager mes feuilles de verveines et mes poèmes déclamés sous un porche du village…GRATITUDE a la joie qui est partout ou je respire...
rizzato de Leersum a écrit le 18 août 2021
Pour moi chers frères et soeurs accueillis et vivants sur cette perle bleue, je souhaite continuer à trouver ensemble le chemin de l'Amour et de la Biodiversité.
Un chemin pour tisser et régénérer ce monde qui en à tellement besoin et où nos diverses couleurs et qualités trouverons comment danser dans la complémentarité.
Car c'est dans cette richesse qui est à la base même de la Vie et sans laquelle nous sommes si fragiles et menacés de dépérir que nous retrouverons notre résilience et les impulsions de créativités qui sont uniques à l'espèce Sapiens.
Puissions nous ouvrir nos coeurs, nos mains, nos yeux et incarner maintenant et pour toujours le meilleur de nous-mêmes pour les générations futures, et toutes les espèces flore et faune confondues!
Boisserie Fanchon de Gimel-les-Cascades a écrit le 18 août 2021
Je m'appelle Milo et je me réveille. Ce matin, j'ai 10 ans et c'est un grand jour.
Depuis ma naissance, je reçois chaque année un cadeau pour me préparer à ma GCR, la Grande Cérémonie des Racines.
Aujourd'hui, je vais planter mon Arbre de Vie, celui que j'ai choisi à colin-maillard avec Papa.
« Aujourd'hui, jour de mes 10 ans, moi, Milo, je deviens responsable de mon arbre et de la Vie »C'est ce que je vais devoir dire tout à l'heure, pendant la Grande Cérémonie, après avoir creusé le trou... J'ai tout bien répété avec papa.
La musique chantera, papa et maman seront heureux même si maman pleurera un peu dans les bras de Tante Diane, ma marraine de Cérémonie qui est la sœur de maman. Elle est déjà passée par là avec toutes ses émotions l'année dernière lors de la GCR de ma cousine Plume.
Tante Diane consolera sûrement très bien maman de me voir devenir déjà si grand.

L'année passée, ma Tenue de Culture était enfin complète et je l'essaie parfois en cachette pour ne pas fâcher maman qui n'aime pas quand je froisse mes tabliers rien que pour m'amuser.
« Le lin, c'est très difficile à repasser!» s'énerve souvent maman « je préférais vraiment l'époque de l'Acrylique, au moins, on n'avait rien à repasser... Depuis l'Ere du lin, c'est encore pire que lorsqu'on avait déjà dû passer à l'Ere du coton lors du Grand Choix Planétaire. Rlalala... j'te juuuuure... KESQUIFÔPASFAIRE pour sauver la planète ! »

Maman n'aime pas trop que les choses changent, elle préfère toujours comment c'était « avant ».
Elle dit tout le temps qu' « avant , au moins, on avait le choix et qu'o n était libre d'oublier le futur ».
Puis ses yeux deviennent un peu tristes des couleurs qu'ils ont perdus depuis qu'on ne tisse plus que du lin gris.
Parfois,quand elle râle, maman s'assoit à côté de moi quand je suis en pleine course d'escargots et elle pose sa tête sur mon épaule en soufflant dans mon cou « Pardon mon chéri... Je ne devrais pas m'énerver comme ça mais tu vois, moi, j'ai été mal habituée... Je me suis retrouvée greffée à un Ipad alors que je marchais à peine à quatre pattes... Ce genre de greffe, ça te détruit de la racine jusqu'aux branches tu sais... Forcément, toi, tu n'as aucune raison de me comprendre, toi, tu es né depuis l'Autre Monde, tu peux pas comprendre... Forcément...»
J'ai souvent envie de répondre à maman que si, je comprends tout mais j'ai peur de lui faire de la peine alors je dis «  Allez maman ! Choisis un escargot ! On fait la course ! »
Maman choisit toujours celui qui perd mais quand on le rend au jardin, après la course, elle le remercie beaucoup d'avoir bien voulu nous apprendre à nous divertir.
Elle dit aussi que depuis l'Ere du lin, c'est pas croyable comme on n'arrête plus de dire merci et que du coup, tout le monde est devenu très poli.

Hier au soir, avant d'aller dormir, papa et moi on a sorti mon Habit de Culture pour la Grande Cérémonie.
J'avais un peu peur que les sabots commandés l'année dernière comme pièce ultime à ma parure me soient trop petits (maman dit tellement tout le temps que j'ai tellement grandi...) mais quand j'ai glissé mon pied droit dedans, il n'y avait vraiment rien qui dépassait.
Le Grand Ordonnateur de mes Données Génétiques a dû tout bien calculer de ma croissance entre mes Neuf et dix ans et ce matin, devant le miroir du couloir, je suis beau et je suis prêt pour ma première initiation.
Aujourd'hui, je deviens grand et responsable de la Vie.
Pioche, bêche, sécateur, ruche, pèle, râteau... Papa est très fier de moi. Il m'a même offert la semaine dernière un peu de purin d'ortie. On l'avait mis à macérer ensemble au printemps. Je me souviens bien, ce jour là, on avait aussi nourri les ruches des arbres de nos ancêtres...
Papa , je sais voir quand il est fier de moi.
C'est quand ses yeux font comme des lucioles en secret.
Pour que les yeux de papa fassent des lucioles, il suffit que je dise « Allez-Hop papa! On peut aller chercher mon arbre maintenant ! »



Le jour de mes huit ans, papa m'avait amené au  Bois Des  Êtres, pour choisir mon arbre.
Il avait bandé mes yeux avec le foulard de soie bleue de maman, celui qu'il lui a offert le jour de l'Union. La Coutume Consacrée veut que le foulard de l'Union, soit « celui qui bandera le Choix Premier de l'Enfant Né » C'est comme ça que c'est écrit dans le programme du grand Ordonnateur...

Lorsque nous sommes arrivés à la pépinière, papa a attaché le foulard bien serré derrière ma tête, a pris ma main pour me guider au milieu d'une des allées et il m'a fait tourner 100 fois sur moi-même...
Au bout de 76, je riais tellement d'ivresse que j'ai trébuché et je me suis accroché à la première branche et hop ! Mon arbre était là...
« C'est celui là ! » j'ai dit avec la tête qui tourne. Papa a dit « bouge plus ! J'arrive !» et lorsqu'il a dénoué mon bandeau, j'ai senti son sourire tout chaud d'être aussi content dans les bouclettes de mes cheveux.
« Je te présente ton arbre » a dit papa, « c'est l'arbre de ton Choix Premier. Tu as bien choisi mon fils, pour tes 10 ans, tu seras comblé d'une magnifique responsabilité !  Comme ça, c'est sûr, il a l'air un peu malingre mais attends un peu de voir ce qu'il deviendra une fois que tu le cultiveras de ton amour ! N'oublie jamais que ton arbre sera toujours là pour toi, t'as vu comme il vient déjà de t'empêcher de tomber ???!!! »
« Oui... Merci » j'ai dit à Papa en pensant à comment j'allais déjà devoir arroser mon arbre...

Aujourd'hui , je vais planter mes racines même si je sais pas encore où...
C'est le grand Ordonnateur qui décide, il nous enverra ma destination d'Implantation Obligatoire Géolocalisée avant midi..
Il est 10h, les premiers invités arrivent pour ma Grande Cérémonie.
Papa leur offre un peu de jus de gingembre pendant que maman rempote du basilic et de la mélisse au fond du jardin.
Elle est un peu en colère maman, elle fait tout pour se calmer. C'est qu'elle préfère toujours avoir les mains dans la terre plutôt que dans le ventre des lapins qu'on va manger. Ca la nettoie maman d'avoir les mains dans la terre, ça lui fait penser autrement aux lapins des jours de fêtes...
Maman, elle remercie toujours en pleurant les lapins, avant et surtout après les avoir tués. ..Avec le poulet, elle est moins triste « mais qui pourrait bien penser à servir du poulet pour un repas de fête ? ! » elle dit aussi en servant le lapin qu'elle refuse toujours de goûter alors que moi, je suis bien obligé.
Depuis que je suis né dans l'Autre Monde, maman remercie et pleure tellement... On dirait que l'Ere du lin vient toujours un peu gratter ses irritations allergiques au changement.

Je m'appelle Milo et je me réveille. Ce matin, j'ai 10 ans et c'est un grand jour.
Aujourd'hui, je vais planter mon Arbre de Vie et je deviens responsable même si ça fait pleurer maman.
Bernadette Blanc de Barraux - France a écrit le 17 août 2021
Après mes samedi d'été partagés dans les rassemblements anti pass, je me prépare à lancer des "diners rêves" pour échanger et construire des projets pour le monde de demain matin. Le pass ne sera pas demandé à l'entrée !
Anonyme a écrit le 17 août 2021
J'aimerai un monde ou l'ont tende vers l'enseignement de Moïse, Abraham, Isaïe, Élie, Azor, Mahomet, Jésus, Bouddha, Socrate, Gandhi et les autres, où nos actes soient guidé par l'amour, le pardon, la paix, le non jugement etc... et les autres trucs qu'on arrête pas de nous rabâché depuis des millénaires et des millénaires mais qu'on n'a jamais atteint. Les humains ont la tête dur xD.
patricia de Toulouse (France) a écrit le 17 août 2021
Vivre en lien avec la terre respecter le vivant sous toute ces formes Etre en lien les uns et les autres pour créer ensemble un autre monde où le partage la solidarité l'amour serait de mise . Apporter aux autres ce qui nous fait vibrer, offrir notre potentiel et aider les autres à le découvrir. Un monde où toutes et tous aient le loisir le meilleur de lui même Qu'il en soit ainsi Merci
Maïa de Sarlat a écrit le 17 août 2021
Le jour se lève et le soleil apparait peu à peu à l’horizon. Je respire lentement et profondément l’énergie de ses rayons. Je suis bien. J’entends au loin les enfants. Ils sont heureux de découvrir ce Monde Nouveau, libres et joyeux.

Ce soir a lieu une réunion pour organiser l’accueil d’une délégation d’humains faisant le tour de la Planète. Chacun du village a à cœur de participer pour que la rencontre se passe au mieux. Ce sera aussi de joyeuses retrouvailles avec certains du village qui sont partis lors du précédent passage de cette « Caravane des Savoirs et des Échanges ». Que de nouvelles à se raconter !

En attendant le soir, chacun vaque à des activités, celles effectuées pour le collectif ou pour lui-même, ou alors ne fait rien, en intériorité dans sa maison ou dans la nature. C’est selon notre météo intérieure du moment. Tout se régule naturellement, les enfants vont de l’un à l’autre, s’intéressent, jouent, chantent ou dansent.

La Joie est partout, chez les petits comme les grands.
La Paix est entre tous et également en chacun.
Liberté d’Être, tout simplement.
philippe DUFOSSEZ de Clamart (Hauts de Seine, France) a écrit le 17 août 2021
Tout est écrit avec le mot aimer dans un Amour absolu, inconditionnel par le Don de soi-même à la communauté humaine.
Parce que nous serons nous-même en plein accord avec nous-même, la nature et les hommes, tous les hommes, alors nous serons capable de changer le monde tous ensemble pour une vie pleine, entière et heureuse.
Les Artistes et nous sommes tous des artistes sont les vigies de ce nouveau monde. La Belle Verte sera toujours généreuse si on la respecte... si on l'aime.
Le paradis est ici maintenant, protégeons le toujours plus au nom de l'Amour.
L'avenir est radieux, j'y crois... regardons vers cette lumière qui jaillit à notre appel.
cordoliani justine de la ciotat a écrit le 17 août 2021
Un monde rempli d'amour, de respect pour le vivant, de poésie, d'apprentissage, de lenteur, de vénération de notre terre Gaia, de paix et de cohésion.
Un monde ou l'homme et l'animal cohabitent avec bienveillance, respect, et apprennent par leurs échanges.

Un monde ou nous disons NON à l'oppression et OUI à la liberté <3
Natacha G. de JANZE a écrit le 17 août 2021
La nouvelle monnaie est l'amour car le cœur c'est le créer à l'infini
Le quotidien est fait de bonheur simple avec justesse et temps libre
La création grandie, se déploie et rempli les cœurs de tous les êtres prêt à la recevoir
Les 5 éléments : La Terre, L'eau, Le Feu, L'Air et l'Ether me montre chaque jour leur beauté nouvelle
Mes échanges humains sont faits d'amour, de câlins, de respect, de bienveillance et d’accueil de chaque être quelques soit sa forme extérieure terrestre je vois l'être profond et lumineux
La nature et la Terre sont ma maison
Les arts, la musique, le dialogue et les contes racontés au coin du feu sont les activités principales de l'humain
Les enfants et adolescents nous montre les nouvelles initiatives à mettre en place et les adultes et anciens aident avec leurs sagesses et leurs expériences
Des chaines d'amour d'intelligence du cœur se créer partout sur la planète
La Terre lorsqu'on la cultive avec respect nous montre combien elle est généreuse et abondante
L'alimentation devient libre, accessible à tous et rempli chaque morceaux de Terre disponible avec des plantations faites avec conscience et amour
Veronique MORIN de Chanteloup a écrit le 17 août 2021
Le retour a la nature notre terre mère notre ressource car sans elle on est rien....recueillons nous dans nos campagnes et accueillons nous les uns les autres dans les partages les fêtes.
Jardinons un lieu où il fait bon vivre dans la paix.
Odile de Fasnia a écrit le 17 août 2021
Mon rêve, c'est que l'on puisse vivre en communauté avec des bases de fonctionnement très simples : dignité, respect, écoute, partage. Au milieu d'une nature colorée, chantante, foisonnante et parfumée, les communautés trouvent leur nid, et leur nourriture. Alors, Joie, bonheur, paix sont les vibrations environnantes.
Namaste ou,
Je salue le divin qui est en vous🙏🏻
Léa Charoy de Castres - Tarn, France a écrit le 17 août 2021
Enfant des années 80, j'ai la sensation d'avoir vu et senti le monde accélérer. Cette phase que nous traversons tous me renvoie parfois à mes souvenirs d'enfance. J'ai la joie de m'être connue jouant avec des bâtons, dormir à la belle étoile à la lueur des vers luisants, passer des après-midis entiers assise à observer et patienter que les petits chatons sauvages daignent bien s'approcher de moi. J'ai encore la saveur des framboises du jardin de Mamie Rosette dans le coeur. Je vois les grandes attablées de famille aux nombreux anciens et enfants, façon paysanne, ou tout le monde y allait de sa forte voix car chez nous, c'est ainsi que l'on s'exprime pour se dire que l'on s'aime. Les siestes perchée dans les épaisses branches du grand cerisier aussi me traversent, ainsi que les hivers blancs de neige ou je rentrais trempée jusqu'aux os pour savourer un bon chocolat chaud près de la cheminée.

Et aujourd'hui, j'écoute cette conférence retranscrite sur le net qui évoque les possibles du monde de demain. Et j'y trouve enfin ce que je cherche tant autour de moi en ces jours de transition : l'envie de faire exister dans les coeurs des plus jeunes le souvenir de la saveur des framboises du jardin, la douceur d'une sieste dans un arbre, la profondeur d'un instant à observer la magie du vivant opérer. Et pour cela, j'aspire à apprendre. Apprendre encore et toujours. Grandir, pour moi aussi pouvoir transmettre, comme vous le faites à travers ces conférences. Pour moi aussi pouvoir donner la force que l'on m'a donné de continuer le chemin de la vie et découvrir la subtilité de ses secrets à travers toutes ses étapes.

Merci de nous partager vos savoirs. Cela me donne du courage et l'envie de m'unir à vous pour continuer le chemin, pour ouvrir des portes humblement lumineuses aux jeunes dont je m'occupe à travers mon travail. Je nous souhaite à tous de la sagesse, et de la patience. Mais aussi de la tolérance et une grande ouverture d'esprit nécessaire selon moi pour cheminer vers notre vérité profonde.

Enfin je souhaite que l'humanité choisisse un jour en son fort intérieur, dans chacun de ses choix lointains comme dans l'instant, tout simplement de nourrir le vivant.

Avec tendresse,
Léa
Aimilie de la Vie a écrit le 16 août 2021
Mon monde humain idéal de demain est un monde où chaque action et parole humaine comprenne et contienne de la reconnaissance à tous ses sens .
Bohner de Mesvres 71190 France a écrit le 16 août 2021
J ai 41 ans je rêve d'aussi loin que je me souvienne d'assister à la transformation d'un monde où je n'y trouve pas ma place, où j'ai bidouillé une espèce d'existence faite de compris , mon rêve deviens réalité depuis 18mois où j'ai vu arrivé l'ombre , ce qui veut dire que la lumière se soulève ! Enfin nous y sommes ! Je sais que ça va être dur, douloureux , mais j ai trouvé ma place ! Dans ce nouveau monde à construire ensemble, ou mes enfants qui comme moi rêvent d'harmonie et d'unité, immense gratitude aux faiseurs de lumière, merci merci merci
Donatienne de Paris a écrit le 16 août 2021
Le monde est celui où nous vivons et réalisons en conscience que nous sommes UN dans le Uni-vers 💫🙏🏻💓🤩✨🤩✨
Brigitte de Treignat a écrit le 16 août 2021
Vivre dans le respect du vivant et AIMER
Christine de Rivaz a écrit le 16 août 2021
Dans ma vision, la nouvelle humanité sera au service de Gaïa : abondance et fertilité, luxuriance naturelle dont chacun pourra se nourrir. Émergence de cercles locaux qui s'organisent autour de la bienveillance, le service, l'humour, la créativité. Les ressources humaines et naturelles en harmonie avec tous les règnes vivants sont accueillies et valorisées. Dans ces cercles locaux, il y a d'autres cercles en petits groupes qui s'occupent de domaines spécifiques : organisation, pédagogie, élévation de la conscience, amour du vivant, constructions écologiques, énergies renouvelables et développement des énergies libres. L'échange des services et compétences est le moyen de faire prospérer le groupe. Un monde où la vie est célébrée, par la danse et le chant. Où les transgressions sont ressenties dans l'intégrité du coeur de chacun, dont le voeu le plus cher est de s'aligner avec la paix intérieure grâce aux compagnons de route. Je vois beaucoup d'arbres, des animaux et des fleurs. Je vois aussi des classes de méditation, de développement de facultés psychiques et de compassion avec les règnes vivants. Merci mille fois pour cette initiative.
Patricia Poiret de Ville la Grand a écrit le 16 août 2021
Le monde de demain est déjà puisqu'il est dans mon cœur. Joie, liberté, respect et partage pour tous sans aucune distinction qui soit. Un monde vert et bleu de jardins, d'eau pure et de nourriture partagés dans les éclats de rire et de joie. Une nouvelle façon de vivre, d'éduquer, de prendre soin, de créer pour le plus beau et le plus inspirant des voyages sur notre mère Terre à choyer et préserver pour les générations futures. La beauté et le miracle de la Vie sont visibles partout.
Une vibration haute, une Lumière enveloppante pour l'humanité et tous les règnes.
Un accompagnement des enfants et des aīnés dans l'amour, la patience, le pardon.
Paix Harmonie Amour.
Carpentier Judith de Paris a écrit le 16 août 2021
J’aime un monde où chacun plante des arbres et des fleurs et cultive son potager afin que reviennent les oiseaux , les abeilles et les papillons. Un monde où l’on danse et où l’on chante ensemble. Un monde où les enfants, les hommes et les femmes de tout âge vivent au contact de la nature et des animaux, dans un respect et une écoute mutuels. Un monde où l’on partage nos savoirs et où l’on oeuvre ensemble. Un monde où l’on prend soin des plus fragiles. Un monde où chaque génération a sa place et son rôle à jouer. Un monde où l’on rit, Un monde où la douceur, la tendresse , le respect, la beauté et l’harmonie sont la priorité. 💗🌸🦋🪲🌞
Forfait de Grauves a écrit le 15 août 2021
Il est 5h, on est en été, et les oiseaux s'éveillent !
Mes chiens ont soifs, je leur donne à boire, et j'ouvre la porte sur le jardin !
La musique du matin envahis mon salon, ma femme et mon fils dorment, enlacés, et oui, il se sent encore trop petit pour dormir dans sa chambre, mais il a le temps de grandir, surtout que l'on sait qu'on ne voudra pas qu'il grandisse trop vite à un certain moment !
Les poules viennent me voir, je prépare le premier petit déjeuner, puis je prépare le chocolat, et le café, à l'odeur je sais qu'ils se réveilleront !
Les chiens s'agitent, le petit maitre se réveille, "PAPA! " cette exclamation qui me fait sentir plus qu'humain, presque un dieu, à ses yeux !
Il prend son escabeau que je lui ai fabriqué, va chercher ses gateaux préférés, et je dépose son bol de chocolat chaud, qu'il transporte dans mon bureau : et oui, ma journée démarre avec mon fils prenant son déjeuner à mes cotés !
Il mime mes geste, avec son clavier et sa souris, me découvre de nouveau raccourcis que je ne connaissais pas, il a 3 ans, et je me rends compte : et si on allait prendre notre dej dehors avec les poules et les oiseaux ...
"Oh OUi ! " me répond il !
Le temps est gris mais on s'émerveille des couleurs du ciel, et de la pluie qui s'invite : on rigole !
ploc ploc, çà mouille mais il fait bon de la sentir : l'eau, c'est la vie après tout !
Les poules nous entourent, la pluie devient drue et nous abandonnons la litte du petit dej en leurs faveurs, les chiens en tête, nous rentrons nous mettre à l'abris,et s'amusons de ces poules mouillées, bien plus vaillantes que nous, à finir notre petit déjeuner !
Angélis de Aubagne a écrit le 15 août 2021
Chères toutes, chers tous,

Œuvrons ensemble pour la paix, pour que l humanité qui habite en chacun d entre nous puisse éclore et se propager.

Gwendolyn Angélis
Inglard Françoise de Loos France a écrit le 15 août 2021
Je viens d'écouter le live de Louis Fouché en Suisse. MERCI. J'ai bientôt 70 ans, j'ai un grand esprit de famille . Je fais beaucoup de rencontres en ce moment. Le monde que je vois pour demain c'est une grande famille au delà des liens du sang où les anciens et les jeunes puissent partager leur savoir, leurs remèdes .... dans l'amour .
HCL de Longeville-lès-Saint-Avold a écrit le 15 août 2021
Je rêve d'un demain qui soit la réunion de toutes les deux mains, dans le respect et l'harmonie de l'humanité. Liberté, égalité, humanité !
Le rire, la bonne humeur, la joie, et toutes les vibrations hautes, ainsi que tout ce qui permettra au monde d'agir comme dans un grand jeu, exempt des soumissions au monde du travail et aux différents lobbys.
J'espère aussi que chacun puisse s'accomplir et vivre de ce qui le fait vibrer, du fond du coeur !
Pascal de Ananindeua (Brésil) a écrit le 15 août 2021
Je visualise un monde où l'authenticité et la vérité seraient valorisées. Non pas la vérité que l'homme tire de son mental mais celle de l'univers ; la vérité qui régit les mécanismes de l'harmonie, de la vie dans son ensemble.
Je vous aime!
Suzie Leclerc de St jérome a écrit le 15 août 2021
Merci pour cette opportunité. Moi je veux un monde où chacun se tient la main afin de dire à l'autre (Regarde tu n'es pas seule et ensemble nous allons faire de ce monde un monde heureux Je sais que se sera ardu mais regarde la beauté de cette planète et vient avec moi, avec nous) Merci de continuer à Rêver à ce monde qui est déjà là.❤️❤️🌞
JACQUELINE CIUCCI de LE CANNET a écrit le 15 août 2021
Tous ces messages que je viens de lire ont traduit exactement ce que je ressens et ce à quoi j'aspire. Alors je vais juste écrire quelques mots d'amour à Gaïa, car :
Au plus profond de nous grandit l'Esprit
Porteur de tous les espoirs, chargé de Vie
Car du fond de nos cœurs jaillit la Lumière
Eternelle blancheur qui transcende la matière.

Alors jaillit le cri de victoire et d'amour
Vers cette Terre-Mère, généreuse nourricière
Qui de tant de Beauté à chaque instant nous entoure
Et les enfants des hommes, l'admirant, en sont fiers.

Que d'Amour en ton cœur !
Que de patience en ton âme !
Tu pardonnes toujours
Les blessures injustes
Que l'homme sans conscience
T'inflige sans égards.

Sois remerciée, Mère indulgente
Et qu'enfin s'ouvre le cœur
De tous ceux qui par toi sentent
Que la Vie est une Fleur.
L'ami René de Sherbrooke a écrit le 15 août 2021
Que la planète Terre soit un havre de paix, de liberté, de partage, d’équité et de justice offrant un environnement pleinement épanouissant pour tout ce qui vit !
Cathy Firmin de Les Mages a écrit le 15 août 2021
Bonjour la Vie !
Juste vivre ensemble, dans le respect de notre boussole intérieure.
Le monde que je vis à l'intérieur, ce monde qui m'habite depuis ma plus tendre enfance était utopique mais c'est le monde qui émerge aujourd'hui :
Fraternité, vérité, bon sens, humour, joie, partage.
Beaucoup de temps libre pour quelques heures de travail collectif.
Des villages dans les bois et dans les jardins de fleurs, de fruits et de légumes entourés d'animaux plus sauvages que domestiqués car pourquoi domestiquer leur liberté ? Cela nous invitera à humblement communiquer avec leur esprit sauvage et nous redonnera encore plus accès à notre liberté, à notre enfant intérieur...
Un monde sans argent car ça ne sert qu'à organiser la pauvreté et transitoirement un monde où l'on échange avec la monnaie libre, la June....
Ainsi soit-il....
Valérie de Romans a écrit le 14 août 2021
Dans mon rêve, les hommes ont compris qu'on est trop nombreux sur notre planète, et que la seule écologie efficace est de réduire le nombre d'humains pour préserver nos ressources et arrêter de la piller. Alors les humains décident d'eux mêmes, en conscience, de faire moins d'enfants. Ils le peuvent car les inégalités entre humains suivant où on est né se réduisent, où même n'existent plus. Alors on peut laisser la Terre reprendre ses droits, càd les végétaux et les animaux sauvages ont la même place et les mêmes droits que nous.
La 2° partie du rêve c'est qu'on n'a plus besoin d'être obligés de travailler pour gagner de l'argent pour vivre. Chacun a le temps de développer son art, ses compétences, ses spécificités pour participer à la vie collective.
Voilà comment j'ai envie de vivre.
Merci à la lettre infinie et à Mathias qui est très beau !
Françoise Tournois de Coulouniex a écrit le 14 août 2021
Que cela fait du bien de lire toutes ces lettres ...
On se sent moins seule
j aspire à une vie meilleure dans le respect ..le non-jugement et l'entraide. Nous avons tous besoin des uns des autres...
Gratitude...Paix...Amour 👌🙏
Le partage
Patricia Dehu de Bagneux du 51 a écrit le 14 août 2021
Oser exister pour soi dans un premier temps, puis pour les autres. Sincérité et amour pour un monde merveilleux fait de joie, de rire et d'abondance de gratitudes. Je me et nous remercie d'être venue vivre cette expérience sur cette belle planète. Namaste.
MONIK de LE FONTANIL a écrit le 14 août 2021
Je rêve ce monde lumineux où nos regards brilleront, comme ceux des enfants, je respire ce monde fait de gratitudes, d'air pur et de mains qui se rencontrent, je raconte le coeur humain, la solidarité , le vivant; Un monde au service du vivant.
Desbourdieu Jacqueline de Pardies (France) a écrit le 14 août 2021
Bonjour,
Âgée de 74 ans et virée de la maison que je l'ai aidé à acheter par mon propre fils qui veut la garder pour lui seul et sa nouvelle compagne, avec ma part d'usufruit j'ai acheté dans le 23 une maison au 1/4 restau-
rée, avec une grange de 60 m2, sur 1000 m2 de terrain où j'envisage de prendre ma revanche en vendant en location vente sans
apport les étages supérieurs à une petite famille qui voudra s'y installer après les avoir restaurés à son goût car elle en deviendra propriétaire. Mon but est de créer une tribu du nouveau monde, avec un jardin commun et participatif, dans un esprit d'entraide, ne pas vivre isolée à mon âge, car rescapée d'un AVC, mais autonome, je veux m'inscrire dans cette dynamique de création de cette nouvelle société en me prouvant à moi-même que je peux être encore utile à quelque chose et à quelqu'un,
et que je mérite un meilleur sort qu'être jetée dehors en plein marasme sociétal, puis économique et financier qui s'envient. Je suis une vieille révoltée qui s'accroche à la vie pour voir naître ce monde meilleur dont
nous sommes tous co-créateurs, avec le soutien de la Source divine.
Jacqueline Desbourdieu
CELLE de Saint Médard de Mussidan a écrit le 13 août 2021
Ensemble nous pouvons avancer,
Se tourner vers un monde plus humain,
Profiter de chaque moment de bonheur offert,
Oser préparer tous unis, un futur meilleur
Inventer une société d'amour et de fraternité,
Recréer du lien et du partage.

(Les premières lettres de chaque phrase sont là pour nous rappeler de ne jamais perdre espoir 😉 )

Bon courage à toutes et à tous 😉
Sandrine de Pau a écrit le 13 août 2021
Le monde auquel j aspire est un monde où le rire innocent des enfants résonne et gagne tous les cœurs.
Marie de Genève a écrit le 13 août 2021
Cet après-midi, dans la rue, j’ai pensé à ce joli thème : si je pouvais imaginer le monde… si je pouvais seulement faire un vœu pour qu’il devienne un petit peu mieux, et surtout un petit peu plus doux pour moi. Et j’en ai trouvé trois.

Après de longues semaines dans la nature, je suis retournée en ville. Quand je suis éloignée de tout, j’ai l’impression d’avoir un certain recul, je gagne un certain silence, silence qui observe le monde. J’y vois des tas des choses. Je me dis des tas de choses. Je me dis notamment que j’aime mes frères et sœurs humain-es. Je me dis que nous sommes des êtres pétris par la douceur des autres, caressés par leur tendresse, vivifiés par leur humour, grandis par leur courage et leur liberté et honorés par leur présence. Mais je vois que les quotidiens de beaucoup rident leurs fronts, les forcent à sourire, leurs font croire que leurs âmes sont sales de désirer de la liberté et de la joie. Alors au nom de je ne sais quel chose, ils musèlent la seule part d’eux-mêmes qui est unique et si précieuse à notre monde.

Alors je me disais tout ça jusqu’à ce que je descende de ma montagne. Assise dans un tram, les yeux rivés sur mon écran, semblable aux autres ; le masque bien campé sur les naseaux, aucune fuite ni du regard ni de l’expression : tous stériles et sages comme des images. Dans ces instants-là, je nous trouve cons. Et la petite voix en moi corrige : « mm, tu te plains mais regarde-toi. » Oui, je ME trouve con. Être conforme me rassure. Depuis que je fréquente mes semblables dans les trams, j’imite l’attitude standard qui consiste à éviter tout dialogue et tout contact. Masque ou pas masque, cela a toujours été comme ça.

Pourquoi ? Et bien je me dis que c’est parce que se regarder dans les yeux, se voir, c’est sensible. Parce qu’on risquerait peut-être de s’aimer en se voyant. On ne sait pas. On pourrait oublier pourquoi on est dans le tram. On pourrait avoir envie de changer nos plans. Et dans notre monde, ça peut s’avérer vachement compliqué de changer de plans. Alors on évite de sourire. Parce que se sourire, c’est communiquer sans les mots. C’est montrer. Parce que se frôler c’est déjà presque partager quelque chose de l’ordre de l’intime, qui nous propulse ailleurs, vers quelque chose d’inconnu, de nouveau. Alors voilà mon premier vœu, c’est qu’on s’accueille dans cette magie-là.
Et puis j’aimerais aussi dire autre chose : j’aimerais dire que des fois, je tombe : je me casse la gueule. Alors, je me relève à toute vitesse, que j’ai mal ou non. Et d’autres fois c’est mon sac de commissions rempli à ras bord qui lâche par le fond, au milieu de la rue quand il flotte. Si : ça m’est arrivé. Je ne dis pas que c’est grave mais ce que j’apprécierais, c’est que quand ça m’arrive, je me sente pas toute seule. J’aimerais que quelqu’un déboule et se marre avec moi tout en m’aidant à me relever. Avec tendresse. Ça, ça m’aiderait beaucoup. Beaucoup beaucoup beaucoup. C’est mon second vœu: Quand je flanche devant les autres, que quelqu’un m’aide à me relever en rigolant et me tapotant dans le dos avec tendresse.

Je n’ai pas encore fini. Le troisième vœu arrive. C’est donc l’autre jour. J’étais à la pompe à essence. Il faut d’abord noter que je connais le côté où se trouve le bouchon à essence de ma bagnole. Du coup j’évite de me flanquer du mauvais côté au moment où j’prends du jus. Et ce jour-là donc, quand je me suis garée pour faire le plein, la voiture qui était sur la pompe de gauche avait son bouchon du côté droit. Et moi qui ai mon bouchon du côté gauche, il me restait que la pompe du côté droit. En ouvrant la portière, je me suis adressée au monsieur de la voiture de gauche pour lui faire remarquer, en riant, que c’était un peu absurde puisque tous deux nous étions là comme des cons à cause de cette inversion. Il m’a écoutée, m’a répondu qu’effectivement ce n’étais pas idéal, mais qu’il était pressé au moment ou la pompe de son côté était occupée. Je lui ai souri, parce qu’il ne s’est pas fâché. Voilà, juste ça. Il ne s’est pas fâché. Et de juste ça, mon cœur débordait de sourires, ou non, en fait de larmes, parce que quand quelqu’un vous répare en reconnaissant la vérité, ça fait toujours ça. Je lui ai dit que c’était chouette de sa part de me répondre aussi gentiment, et que beaucoup se vexent ou ne comprennent rien quand on leur dit des choses comme ça. Et là, il a souri jusqu’aux oreilles et a répondu « ouais, et on a en marre des gens comme ça ! »

J’étais : ébouriffée.

Alors mon vœu, c’est celui-ci : Ouais, on en a marre des gens comme ça.


Voià voilà. Finalement, mes rêves, c’est juste des choses simples, qui peuvent être vécues à plein de niveaux de la vie, par tous. Des choses qui nous séparent souvent, mais ici j’explique comment elles peuvent aussi nous réunir.
Mathieu PIERRON de Lyon a écrit le 13 août 2021
Bonjour à tous,
Je souhaite vivre en totale harmonie avec tout le vivant qui m'entoure. Je souhaite que nos cœurs soient remplis lorsque nous devrons repartir de ce monde. Cette Terre est si belle et je ferais tout pour ne rien regretter de mon expérience ici. Nous avons tant d'amour et de joie à offrir. Soyez bienveillants les uns envers les autres. L'intention et l'attention que vous portez sur vos actions est le réel cadeau que vous puissiez faire à l'humanité. Gardez vos sourires et n'ayez pas peur de partager vos émotions, même les plus difficiles, laissez les circuler comme vous laisseriez courir votre enfant intérieur dans un champs à perte de vue. Partagez, jouez, aimez, riez. Nous sommes à l'aube d'un nouveau monde et nous en sommes les créateurs.
Michèle CLOT de Sainte Foy de Belvès a écrit le 13 août 2021
Je rêve d'un monde où les humains reconnaîtraient enfin la Nature et les Animaux comme des alliés et non comme des ressources à notre disposition juste parce qu'on a de l'argent ou pas. Je rêve d'un monde où ceux qui possèdent bien plus que nécessaire comprennent qu'il y a ceux qui n'ont rien, même pas un litre d'eau potable par jour ... alors que nous rinçons nos toilettes avec de l'eau potable ! Je rêve d'un monde qui soit capable de porter attention à la vie (végétale, animale et humaine) et la protéger de toutes ses forces. Je suis convaincue qu'il y a de la place pour tous, à manger et à boire pour tous, une vie digne possible pour tous à condition de partager les richesses ... à quoi sert d'être milliardaire quand on n'arrive pas à sauver un oisillon tombé du nid ?
Je rêve d'une vie sacrée que nos sociétés ne bafoueraient pas tous les jours par cupidité, ignorance, bêtise et manque d'Amour ...
Eric de Aix-en-provence a écrit le 13 août 2021
A toi, que je croise sur ce chemin, te dire que je t'aime.
Nicole de Montélimar a écrit le 13 août 2021
Toutes les réponses à la question « quel est mon rêve ? » m’ont réchauffé le cœur. Quel beau bouquet parfumé et coloré, plein de vie !
Ce bouquet se trouve dans le Nouveau Testament. Toutes ces valeurs sont énumérées par l’apôtre Paul dans sa lettre aux Galates : l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la tempérance, la fidélité, la maîtrise de soi.
Louis Fouché et plusieurs ont évoqué l’amour inconditionnel. Solution inaccessible pour les humains, définition même de Dieu dans la Bible.
Vallon de Antibes a écrit le 13 août 2021
Que c'est magnifique de lire tous ces messages d'espoir ! Quand nous écoutons les personnes interviewées "qu'il faut sortir à tout prix de cette crise et qu'il n'y a que la vaccination pour voyager, aller au cinéma... " Alors que nous avons tous les jours dès notre réveil la beauté de la création de l'univers, les animaux qui nous donnent beaucoup d'amour. Nous devons abandonner le pouvoir et l'argent causes de tous nos maux actuels et retrouver notre indépendance, changer nos habitudes de vie actuelles et repenser notre futur pour un monde meilleur moins égoïste plus coopératif entre toutes générations confondues. Si nous le voulons nous pouvons y arriver. "YALLA"
Gallo de Alain a écrit le 13 août 2021
Ne pas rechercher un Dieu sauveur en levant ses yeux dans le ciel mais rechercher son propre Dieu à  l'intérieur de son corps en femant les paupières de ses yeux.
Francis de Nancy (France) a écrit le 12 août 2021
Je rêve d'un monde "lent", c'est à dire un monde où l'on prend le temps de lire, d'observer, d'écouter. Le temps lent est un facteur naturel, il faut du temps pour faire un bon pain, il faut du temps pour faire pousser un légume, il faut du temps pour comprendre vraiment, il faut du temps pour apprendre. Le temps passe vite, dit-on communément, mais si nous optons pour le "temps lent", la vie sera plus longue.
MATHIEU de COLMAR a écrit le 12 août 2021
La Vie doit être regagnée dans notre cœur, car elle est un trésor pour soi-même et aussi pour les autres. Pour retrouver notre trésor il faut réapprendre à découvrir la nature de ce dépôt, ce dépôt est en nous et comment le préserver. Mais aussi, comment le découvrir à travers soi, comment aller vers cette connaissance de soi qui passe par la connaissance de cette parcelle de Lumière Céleste qui est en nous.
Nolou a écrit le 12 août 2021
Un monde d'amour, de paix et de respect pour soi-même, pour les autres, pour la nature et les animaux. Un mode de vie intuitif où chaque être a sa place en faisant rayonner les talents qui lui sont propre tout en étant soutenu par la bienveillance des autres.
Yugavan de Bruxelles a écrit le 12 août 2021
Es-tu le rêve? Sommes-nous le rêve? Suis-je le rêve?
Oui, oui, oui, et... encore, OUI.
Rappelle-moi le rêve? Imaginer, échafauder, conjecturer le futur? Voler dans des entre deux, planer dans l'évanescence?
Es-tu le rêve? Sommes-nous le rêve? Suis-je le rêve?
Oui, oui, oui, et... encore, OUI.
Etre le rêve et, à la force de l'amour, creuser les fondations, bâtir un autre monde, s'ancrer dans les présents du présent.
Ensuite: s'offrir, nous offrir, vous offrir tout ce qui semblait impensable, inimaginable,
Es-tu le rêve? Sommes-nous le rêve? Suis-je le rêve?
Oui, oui, oui, et... encore, OUI.
Osons, osez, ose,.. "être" le rêve
Catherine37 de VOUVRAY a écrit le 11 août 2021
Dans mon Paradis coVivent Paix, Joie, Coeur, Légèreté, Fraternité, Liberté, Nature, Evidence, Eternité .. = Bonheur !!!!
LEFOYE de Sandrine a écrit le 11 août 2021
Il est déjà là dans mon coeur ce monde où chacun vit dans le respect de soi et des autres. Chacun y vit connecté à la nature et est accompagné dans le développement de ce qui le fait vibrer profondément. Un monde de douceur, de gratitude, de solidarité où chacun est un être souverain. Un monde sans argent, fait de partage et d'échanges. Je nous vois recréer des tribus où se mélangent les générations. Un monde dans lequel seront valorisés, la capacité d'émerveillement, l'épanouissement des êtres, un monde qui va au rythme de nos coeurs.
Francis a écrit le 22 mars 2021
Que de beaux rêves je lis ici dans la lettre infinie. Je poursuis donc sur ma lancée du 20 novembre 2020.

Sait-on vraiment la somme d’efforts et de sacrifices à faire pour atteindre l’état de lucidité totale, - la télépathie, - la téléportation – etc..?
La somme d’amour de la vie, la vie s’entendant sous toutes ses formes, qu’il faut manifester pour élever quelque peu le niveau de conscience.
Restons ici et maintenant. Il faut vaincre le monde, non pas vouloir le changer. Vaincre le monde, c’est faire avec ce que l’on est – encore faut-il le savoir avec un degré de perception suffisant, - et faire avec ce que l’on a.
Pas d’ambition démesurée. Quel sage dans l’histoire a voulu changer le monde ? Aucun.
Il faut commencer par le commencement. Se situer (point de départ) et avoir un but (point d’arrivée). Savoir d’où l’on vient et où on va. Une expédition en montagne ou en terre inconnue ne s’improvise pas.
Cependant, le travail du chercheur ordinaire rencontre une difficulté supplémentaire dans les temps que nous vivons. Sogyal Rinpoché (lama tibétain, 1947 - 2019), dans le Livre Tibétain de la Vie et de la Mort, signale
que notre société est vouée presque exclusivement au culte de l’égo et à ses tristes fantasmes de réussite et de pouvoir ; elle célèbre les forces mêmes d’avidité et d’ignorance qui sont en train de détruire notre planète. Jamais il n’a été plus difficile d’entendre la voix peu flatteuse de la vérité ; jamais plus difficile non plus, une fois cette voix entendue, de la suivre. En effet, rien dans le monde qui nous entoure ne soutient notre choix, et l’ensemble de la
société dans laquelle nous vivons semble nier toute notion de sacré, tous sens d’éternité.
Au moment même où le genre humain est menacé des plus graves dangers et où son avenir est totalement remis en cause, il se trouve plongé

Dans le plus grand désarroi, pris au piège d’un cauchemar qu’il s’est lui-même créé.
Dans cette situation tragique, il existe pourtant une source d’espoir considérable : nous avons toujours à notre disposition les enseignements spirituels de toutes les grandes traditions mystiques.
L’Occident est devenu le paradis des charlatans spirituels ; il est quasiment impossible d’établir l’authenticité de prétendus « maîtres », car l’Occident ne possède aucun des repères et des critères propres à une
« culture de sagesse » bien établie et florissante. Savoir reconnaître si (un maître) une source spirituelle est authentique ou non constitue une entreprise délicate et exigeante. A une époque comme la nôtre, vouée aux distractions, aux réponses faciles et aux solutions rapides, les attributs de la maîtrise spirituelle, plus discrets et moins spectaculaires, peuvent très bien passer inaperçus.
Les être remarquables dissimulent leur nature, échappent aux personnes ordinaires. Même les charlatans ordinaires sont experts à duper autrui en se comportant comme des saints. Si cela pouvait déjà être dit au siècle dernier (le XIXème siècle, c’est Rimpoché qui parle n’oublions pas en 1990), combien est-ce encore plus vrai dans le chaos de notre supermarché spirituel contemporain !
Et comme le dit si bien Annie Besant (théosophe, libre-penseuse et féministe britannique 1847- 1933) :
Les âmes restent hypnotisées par les formules et restent affaissées dans l’inertie, parce qu’aucun désir n’a suffisamment d’action sur elles pour les pousser à l’effort. C’est le Sentier de l’Aller dans lequel il n’y a point de
progrès sans désirs d’efforts. Mais sur le Sentier du Retour, le désir doit disparaître et céder la place à la volonté du Soi. L’homme qui s’engage dans le Sentier du Retour n’éprouve plus qu’un désir, celui de seconder la Volonté
du Logos Suprême ; il accorde sa volonté avec la Volonté suprême, renonce à tout désir séparé et ainsi s’efforce de pousser « la roue de l’existence », tant que la Loi de la Vie en impose la nécessité.

Ce qui était désir sur le Sentier de l’Aller devient Volonté sur le Sentier du Retour ; l’âme, à l’unisson avec le Divin, seconde la loi.
Et tout à coup, le chercheur constate que sa vision, son regard sur les choses qui l’entourent change. Sa perception de l’environnement change ; il y voit plus de légèreté, de joie, de sens, donc de bonheur ou de bien-être.
Comme lorsque vous êtes tristes, une bonne nouvelle arrive et tout l’environnement embelli, s’allège. Là encore on voit le caprice de l’esprit dont les émotions l’agitent parce qu’il n’est pas contrôlé.
Martin Buber (philosophe, enseignant juif Autriche-Hongrie, 1878-1965) explique que nous sentons que nous sommes « livrés» (par la Nécessité), mais qu’en même temps « tout dépend de nous» (par la liberté ou libre-
arbitre), alors ne cherchons plus à échapper à l’aspect paradoxal de notre vie même. Nous sommes contraints à vivre ces deux principes simultanément (en même temps) et alors ils deviennent UN. Il faut donc vivre ces deux
aspects (liberté et nécessité) non dans des mondes abstraits, mais dans la réalité de notre présence dans le monde et devant l’Intelligence qui nous gouverne. Vivre, c’est être en contact avec tout ce qui nous entoure, voir
l’harmonie derrière toute chose, même dans les temps troublés actuels.
Ce que je viens de dire et rapporter des auteurs cités est à la fois encourageant et décourageant.
Décourageant parce que la Nécessité ou destin du monde est aussi prédéterminé que le nôtre propre.
Nous avons cependant un moyen, et c’est ce qui est encourageant. Ce moyen c’est le travail personnel d’élévation de la conscience, c’est-à-dire, de l’épuration ou transformation de l’être qui allège le karma (Nécessité ou
destin). Que pouvons-nous faire ? Certainement pas en rêvant des choses inaccessibles à l’homme ordinaire que nous sommes. Nous pouvons par exemple :
- se réformer soi-même d’abord et en premier lieu ;
- combattre les émotions négatives, l’impatience, les paroles inutiles, la médisance, les habitudes pétrifiantes et la paresse ;

Finalement, que reste-t-il entre la liberté de l’homme dans ses choix (le libre-arbitre qu’il exerce par la puissance de sa volonté) et la justice du destin qui lui est imposée et que la tradition appelle la Nécessité du destin, il ne
reste à l’homme que le droit de faire son devoir, là où il est, avec ce qui l’entoure et en appliquant les préceptes d’une bonne épuration de soi-même, examinée et revue quotidiennement. La puissance de la volonté permet,
dans une certaine mesure, de s’affranchir de la Nécessité. Cependant, le but n’est pas de détruire les passions, mais de veiller sur elles et d’en réprimer l’excès. Les passions sont utiles, même produites par la Nécessité et par un destin irrésistible, mais soumises dans leur emploi à la puissance libre de la volonté.

Il n’y a que deux choses à dire : Pardon et Merci pour ce que la vie nous apporte.
Philippe de Ayent a écrit le 5 mars 2021
Nos gouvernements ne sont que des reflets de la conscience collective du peuple. A nous de prendre conscience, de nous améliorer sans cesse, et toute la beauté de ce monde finira par être perçue, appréciée et vécue.
Virginie de Seelisberg a écrit le 4 mars 2021
UN MONDE DE DEMAIN (ET D’AVANT-HIER)

Les Êtres Humains se sont reconnectés à leur source divine. Ils n’ont plus peur, ils sont détendus et spontanés. Ils respectent la vie et se respectent les uns les autres. Leur vie est en accord avec les lois de la Nature, en accord avec la force de vie dont l’essence est d’être une danse motivée par la joie d’y participer.

Les Êtres Humains ont retrouvé leur dignité, leur souveraineté et la pureté de leur cœur. Ils reconnaissent que le bien-être des autres est également leur propre bien-être, et qu’en faisant souffrir d’autres Êtres, ils se font souffrir eux-mêmes.

Leur conscience est élargie et leur permet de relier tous les domaines de connaissances, de comprendre les lois de cause à effet sur terre et au-delà, de percevoir l’intelligence toute puissante inhérente à la création elle-même, et de réaliser qu’ils sont constitués de cette intelligence et qu’en l’éveillant en soi, ils ne commettront plus d’erreur.
La connaissance n’est plus une somme de concepts intellectuels, mais une expérience directe d’être la connaissance, ce qui nous permet d’être guidé de l’intérieur à agir en harmonie avec les lois universelles.

Les moyens de communication et de transport artificiels ont disparu, ou presque, car les moyens naturels ont été retrouvés. Tous les Êtres peuvent communiquer les uns avec les autres aussi bien par la pensée, en se regardant, ou en chantant. Les déplacements se font aussi bien en calèche, en mode « flottant-volant », ou par téléportation.

Les échanges sont spontanés : offrir est aussi satisfaisant que recevoir. Travailler signifie créer, mettre en mouvement ses dons, élargir son savoir, s’épanouir, réaliser ses désirs, servir les autres et participer au développement de projets communs.

Les enfants sont libres, respectés, et grandissent dans la plus grande bienveillance et le plus grand amour. Leur élan naturel à jouer et à être pleinement vivant n’est pas restreint. Ils apprennent aussi bien par eux-mêmes, en contact direct avec la nature, les animaux, les étoiles, qu’au contact de personnes qui ont-elles-mêmes une grande sagesse. Ils savent que la réponse à toute question est aussi accessible à l’intérieur et apprennent à accéder à leur propre source d’intelligence. L’expression de leur vision est encouragée, reconnue et guidée vers les plus hautes valeurs.

Par une vie humaine en accord avec les lois naturelles, l’équilibre de la Terre est rétabli et maintenu. La tendance naturelle des plantes de grandir et de se multiplier produit une nourriture saine et abondante, dont chacun peut profiter dans son propre jardin ou dans les cultures alentours (et dans les vergers de Matthias ).

Chacun a la possibilité d’avoir son propre terrain pour y construire sa maison, en pleine campagne ou dans des villes dont les allées sont aérées, ensoleillées, propres et ordonnées.

Une bonne santé est la norme pour tous, et si quelques troubles apparaissent, ils sont soignés par des plantes, des sons, de la lumière, des ajustements énergétiques etc. De même si les actions d’une personne nuisent au bien-être de la société, elle reçoit les soins dont elle a besoin pour retrouver son équilibre.

Devenir âgé signifie : grandir en sagesse, en compréhension, en paix intérieure ; atteindre la maîtrise de notre pouvoir de création, affiner ses perceptions et se reconnaître dans tous les êtres ; conseiller et soutenir les plus jeunes ou être responsable de maintenir l’ordre et l’harmonie de sa communauté.

Et lorsque le moment est choisi de vivre une autre expérience, le corps physique est redonné aux éléments de la terre, sans peur et sans tristesse de séparation, et une autre forme est créée, ici ou ailleurs.

Tout cela semble être un rêve, pourtant…
TU TE SOUVIENS ?
Saskia Ruzicska de Meinier a écrit le 16 décembre 2020
La terre que je vois, est moins peuplée par l’humain. La nature y a repris ses droits et elle est respectée par tous. Elle est même vénérée et choyée! Elle prend la première place.
Les humains sont tous bienveillants! Ils vivent dans l’amour mutuel, le respect, le partage, l’entraide. Ils ont compris qu’ils font partie de l’Un et que nous sommes tous connectés! Ensemble nous grandissons et nous nous élevons.
Il n’y a plus d’Industrie, nous n’en avons pas besoin. Il n’y a pas de voitures ou de bus ou d’avions non plus, puisque nous nous déplaçons par la pensée. Régulièrement il y a des célébrations de l’amour et de la lumière et de gratitude qui génèrent toujours plus d’amour et de lumière pour nous envelopper et nous guider. Notre santé est parfaite.....nous vivons plus longtemps, autour des 150 ans....puis le corps s’éteint gentiment pour revenir à la terre. Nous vivons dans des villages en groupes et même s’il y a des foyers familiaux, toute la communauté se charge des taches pour tous, comme les plantations et récoltes, la formation des enfants, l’entretien générale......Nous sommes en paix. Nous échangeons avec d’autres formes de vie sur d’autres planètes par des visites et la communication télépathique.
Nous veillons les uns sur les autres. L’amour est le maitre mot.
Christel de Suisse a écrit le 4 décembre 2020
Je me vois revenir à la terre
Je me vois la sentir, la toucher et m’ouvrir à son énergie.
Je me vois la traiter avec respect avec la volonté de la comprendre.
Je me vois fondre dans son mystère.
Je me vois dans un beau potager bien fourni, riche en légumes, fruits et herbes odorantes qui suffisent à nourrir ma famille et moi même.
Je vois aussi de grands potagers-écoles où ceux qui veulent bien participer partagent leurs connaissances, et il y a du monde, parce que il y a une volonté d’être le plus autonome possible. Adultes et enfants. D’ailleurs, dans chaque école, il y a un potager, et toutes les classes participent, des plus petits au plus grands.
Et chacun apprend à se débrouiller, à faire des conserves, à sécher fruits et légumes. En respectant la terre et son rythme.

Je me vois aussi me débarrasser du superflu. Je me vois vivre simplement, et me sentir libre.

Je me vois me faire du bien en chantant, en dansant, entourée de gens qui vibrent de cette même joie.

Je me vois m’entourer de personnes qui me font du bien.
Mizzon Maryline de Dijon a écrit le 3 décembre 2020
Je rêve que de plus en plus de gens se mettent en quête de bonnes nouvelles, d’observations positives pour les communiquer à leurs semblables, parce que je constate que beaucoup ont perdu la foi en l’humanité et je pense que c’est ce qui peut nous arriver de pire. Cela me rend triste mais je ne veux pas me résoudre à suivre la déprime ambiante. Nous sommes tous interdépendants, alors redressons la tête et montrons aux autres en quoi l’Homme est bon, nous devons garder la foi en Nous!
Anne-Catherine de Etoy a écrit le 2 décembre 2020
Après le 1er réveil qui a ouvert les yeux de la majorité de la population mondiale sur l’épais brouillard qui tentait d’engourdir et d’anéantir chaque habitant, un second réveil a secoué l’humanité. Cette nouvelle aube prometteuse, l’âge d’Or, permet à chaque être humain de communiquer par télépathie, non seulement les uns avec les autres, mais également avec les animaux et les êtres énergétiques des parcs et forêts. Une vie nouvelle est apparue où le partage fait loi où l’accès aux énergies libres, à l’instruction et aux soins sont garantis pour tous. Un monde dans un univers bienveillant où des artistes, des sages, des philosophes, des manuels, des intellectuels, des animaux et des êtres énergétiques donnent des idées directionnelles qui doivent être approuvées par tous avant d’être adoptées par l’ensemble des créatures.
Un monde nouveau, sans écran puisque chacun développe ses facultés télépathiques naturelles, sans antenne, sans énergie fossile. On se déplace grâce aux forces antigravitationnelles dans de petits engins ressemblants à des œufs géants. L’air et l’eau ont été nettoyés grâce à un gigantesque Vortex qui a enseveli toutes les pollutions pendant que la population dormait…
A tous, bon réveil !
Marie de Suisse a écrit le 1 décembre 2020
Je rêve aujourd'hui, car hier est déjà passé et demain est inconnu. 😉
Thierry de Fribourg a écrit le 1 décembre 2020
Retrouver notre souveraineté et se créer un EDEN💖.
Maurisse de Bordeaux a écrit le 1 décembre 2020
Moi, si petit personnage que de passage sur cette planète bleue, que les différents peuples et cultures m’ont émerveillés dans la simplicité, que la Nature qui me parle tant, et dont je me sens comme un messager m’a remplis de bonheur, je voudrais te dire à toi énergie universelle que je souhaite de tout mon cœur un événement , un signe de ta part qui ouvre les esprits !!! Une vraie remise en question pour toute l’humanité ! Pas un Covid organisé, non ,une vague qui permettrait À L’Humanité de mesurer son insuffisance et de ouvrir son cœur, de développer les parties de notre cerveau aux vibrations cosmiques et Quantique... une vraie relation entre être vivant et la reconnaissance aux éléments pour notre venue sur cette petite parcelle de l’univers. Respect, ouverture et se satisfaire de l’essentiel pour une vie harmonieuse basée sur l’amour le partage... voilà ce que je te souhaite à toi être vivant du genre humain pour un monde ineffable.
Francis de Suisse a écrit le 30 novembre 2020
Le rêve est dans ma nature imaginative. Cependant, mon naturel a de la peine à se débrider sans limites hors de proportion ou de raison raisonnable.
Aussi ce que je souhaiterais touche à l’être profond qui nous habite, qu’on ne visite pas assez souvent et qui porte à certains niveaux spirituels qu’il me semblerait souhaitable de voir se répandre le plus largement possible.

Préalablement, je constate dans nos sociétés dites « développées » un goût immodéré, pour ne pas dire sans réflexion, pour les choses matérielles et la consommation à outrance de tout ce qui flatte l’intérêt personnel.

Tout un chacun, je vois, recherche principalement tout ce qui concerne son corps et tout ce qu’il peut faire pour l’embellir et le maintenir en jeunesse ou pour satisfaire le paraître.

Je vois l’intense et superficielle communication entre les gens et les multiples distractions nées de l’utilisation des phonophores – j’entends les « natels » et autres I-phones, appareils permettant de déranger n’importe qui, n’importe où et n’importe quand.

L’être à mon sens se dilue et se perd dans cette recherche et utilisation en quête de distraction futile.

En plus du travail pour gagner sa vie et remplir ses obligations d‘état, il ne reste à chacun que peu de temps pour une recherche personnelle. Comment dégager certains moments quotidiens de repos, de temps libre pour cette recherche spirituelle. La surcharge du quotidien, évacuant l’éternité, ne peut que dresser des écrans toujours plus compacts entre l’homme et l’Essentiel. Dans cette surcharge du quotidien, les choix se font dans l’inconscience, qui provoque un écartèlement psychique que l’on observe chez tant de gens qui font une chose et pensent à une autre, qui sont ici et qui voudraient être là-bas, qui sont aujourd’hui et qui voudraient être demain ou retourner à hier. Troublés par les émotions de la vie, étourdis par le tumulte des passions, la plupart des hommes demeurent sourds au langage de leur conscience ou voix intérieure.

Mon rêve serait que tous ces appareils deviennent d’un seul coup inutilisables forçant ainsi chacun à vivre à un autre rythme, plus ralenti, offrant une ouverture à se questionner : que fais-je ici bas et surtout poursuivre cette recherche nécessitant un effort de persévérance et, en premier lieu, considérer le fait d’être en vie, simplement vivant, et ressentir de la joie. Ce n’est pas anodin d’être vivant.
Alors là commencent d’autres rêves sur ce qui se passerait après cette disparition. On reprendrait le temps de s’écrire, d’être ponctuel à un rendez-vous, sans plus avoir la possibilité de se dédire à la dernière minute. Retrouver le courage de l’engagement en général.

Pendant cette particulière période sanitaire que nous vivons depuis plusieurs mois, combien j’ai vu passer, ce printemps dernier, devant chez moi des familles en promenade et tout à la joie de cet exercice. Maintenant, je ne les vois plus.
Alain Yan Mohr de Nendaz a écrit le 24 novembre 2020
Nous sommes toujours sur Terre, en 2057. Bien des choses ont changé. Cela vous demanderait quelques efforts pour reconnaître les paysages, et vous seriez étonnés par la nouvelle lumière qui émane de la nature. Pourtant, votre plus gros étonnement proviendrait de la psychologie des gens. Elle s’est transformée, irrémédiablement. Heureusement, Isabel, une petite fille de l’avenir a décidé de nous donner quelques aperçus de cette nouvelle humanité ; elle a souhaité nous expliquer comment le monde a changé.

Le premier rayon de soleil matinal traverse la fenêtre, remonte le long du duvet et pose une tache de lumière sur le visage d’Isabel. Elle sourit à cette caresse : le soleil l’invite à rejoindre le monde des choses solides. Après un dernier regard espiègle à ses amis oniriques, elle rassemble ses idées, ses impressions, et prépare son passage. Comme tous les enfants, elle adore ce moment où l’univers change de texture, où elle s’habille d’un corps solide pour jouer avec la vie. Ce passage est un de ses jeux préféré, un toboggan entre les dimensions. Elle lâche prise, la glissade commence. Et se termine dans son lit, par un éclat de rire cristallin.

Elle s’étire, jouissant du doux contact des draps sur son corps, puis se lève. Elle ouvre la porte, fait quelques pas dans l’herbe qui borde la maison, et se gorge des impressions du jour. La brise lui apporte les nouvelles de la nuit : la mère renard a eu ses petits, les premières narcisses ont percé et il a plu sur le flanc de la montagne. Elle fait quelques pas de plus, et la rosée qui roule sur ses pieds achève de la réveiller. Elle repasse le seuil de la maison, traverse le hall ensoleillé et saute sous la douche. Le contact de l’eau sur sa peau lui donne toujours autant de plaisir. Elle se plie, se tortille tente d’offrir toute la surface de son corps à la caresse de l’élément liquide. Elle joue avec l’eau, l’encourage et la remercie de sa présence. Puis elle se sèche, s’habille, passe à la cuisine, embrasse sa mère et lui demande : "Tu iras à l’école, ce matin ?" Sourire, hochement de tête : "Oui, bien sûr ! A tout à l’heure !" Isabelle pique une pomme au passage et retourne un sourire : "Oui, à tout à l’heure !" Elle repasse la porte et s’éloigne dans les champs.

Arrivée à l’orée du bois, elle s’arrête, et tend l’oreille. Son regard saute de buisson en buisson, passe par dessus un amas de feuilles et de racines, s’immobilise : "Je t’ai vu ! Sors de là !" Elle court vers le tas de feuilles et une silhouette de la taille d’Isabel apparait. C’est un petit être vert, entouré d’une douce lumière, verte également. Ils se tombent dans les bras en rigolant, s’effondrent dans le tas de feuilles, se relèvent en pouffant et se mettent à marcher d’un air décidé. En chemin, ils se racontent les dernières nouvelles : la vie du village, les potins de la vie des bois, les récentes disputes entre la chouette et les écureuils du grand chêne. Enfin, ils arrivent au grand chêne, et s’installent confortablement sur un lit de mousse, entre ses racines. "Bonjour, grand chêne, de quoi vas-tu nous parler aujourd’hui ?" "Ce matin," répond le grand chêne, "je vais vous raconter comment les libellules ont tellement bien rêvé leur existence qu’elles sont devenues vivantes".

L’histoire du grand chêne terminée, Isabelle laisse ses amis de la forêt et continue son chemin. Ce matin là, elle fait un détour par l’étang, pour saluer les libellules et les féliciter pour leur réussite. Elle patauge au bord de l’eau, s’amusant à sentir la boue glisser entre ses doigts de pieds. Puis elle coupe à travers les prés, joue un moment à cache-cache avec le lièvre, et enfin arrive devant une bâtisse décorée de fleurs, de sculptures et de peintures, ombragée par des marronniers : l’école. La cour est vide. "Tout le monde est déjà installé", constate-t’elle. En sautillant sur des images imaginaires, elle rentre dans la salle de classe.

Dans la salle, une trentaine de personnes, dont l’âge oscille entre dix-huit et quatre-vingt-deux ans, discutent gaiement, lisent ou dessinent. Un concert de bienvenue accueille Isabel. Elle va s’asseoir sur un pouf au milieu de l’assistance, gratifie chacune et chacun d’un sourire, et invite la classe à se recueillir pendant quelques minutes. Graduellement, l’atmosphère devient sereine et vibrante à la fois.

Isabel rompt délicatement le silence : "Ce matin, nous allons continuer à explorer la nature de la réalité. Je vous demanderai d’éviter de vous baser sur ce que vous avez appris. Comme vous le savez, il y a quelques décennies, l’éducation consistait encore à gaver l’individu d’idées toutes faites sur le monde, à emprisonner sa conscience dans des dogmes insensés et malsains. On formait la personne pour qu’elle soit utile, productive et obéissante. Les plus âgés d’entre-vous sont passés par cette terrible expérience, et nous en portons encore tous des traces. C’est pourquoi je souhaite que chacun d’entre-nous éveille maintenant l’enfant en lui-même. Cet après-midi, nous irons danser avec les loutres et les blaireaux, mais pour l’instant, j’aimerais vous parler du sérieux..."

La classe a commencé.

Isabel sourit au groupe, puis continue : "Combien d’entre-vous ont volé récemment ? Dans l’histoire, lorsque le temps était encore perçu de manière linéaire, un ancien nommé Chesterton a dit : "Si les anges volent, c’est qu’ils se prennent eux-mêmes à la légère." "Je crois que la nature fondamentale du magicien, c’est le plaisir." Elle rit, agite les bras et lévite : "Beauté, connexion, et extase dans la participation aux merveilles de la création." Elle retombe sur le pouf. "Hi hi, celle-là, je l’ai apprise avec le corbeau. Bien sûr, tout jeu comporte certaines règles. Mais si on prend les règles trop au sérieux, on oublie le jeu. Et ça, c’est vraiment dommage. "

"Mais nous avons encore besoin d’un peu de pratique pour atteindre cet état !" intervient une femme entre deux âges, habillée d’une combinaison arc-en-ciel. "Allez, Granny, chaque fois que tu prononces le mot pratique, ton aura s’assombrit !" Isabel souffle dans sa direction, et les sombres énergies auriques prennent la forme d’une petite grenouille qui saute par la fenêtre.

"Laissez-moi vous rappeler certaines choses... A l’époque historique, la perception linéaire du temps induisait une altération subtile mais pernicieuse de la compréhension : même les magiciens avaient tendance à se considérer comme des "correcteurs de problèmes", parce que tout le monde était convaincu qu’il y avait des choses à corriger dans le monde, des choses à rendre meilleures. Les gens pensaient que s’ils travaillaient et pratiquaient suffisamment, ils deviendraient meilleurs. Hi hi hi ! Quelle plaisanterie ! Dieu ne joue pas à la carotte et au bâton avec les humains. L’univers est parfait, juste comme ça - et vous aussi ! "

"Mais alors, c’était quoi, cette histoire de masse critique ?" demande un homme assis au second rang. "Oncle Joe, je sais que tu adores cette histoire du centième singe ! C’est un très joli conte, mais il ne fonctionne que dans des conditions de temps linéaire. Je dirais que si tu ne t’autorisais que 80% de joie, tu finissais avec 20% de désirs de corriger des conditions. Cette histoire de masse critique revient au même : avant d’arriver à cette idée, tu devais considérer les conditions comme insatisfaisantes. Souvenez-vous que l’insatisfaction n’est jamais en-dehors de vous-mêmes..." Elle rigole encore : "Et puis, ce n’est pas une très jolie expression: masse critique... Je préférerais quelque chose comme Appréciation Collective. Mais maintenant, allons nager avec les loutres ! "

La petite fille continue, tandis que le groupe s’est assis au bord de l’ étang :
"Les loutres nous donnent un splendide exemple, comme les dauphins. Ils jouent tout le temps. Durant les temps historiques, particulièrement vers la fin, la plupart des gens étaient devenus si sérieux que les idées qu’ils entretenaient sur eux-mêmes les rendaient malades. C’est pour ça que la civilisation s’est interrompue aussi soudainement. Trop de frais médicaux..."

"Racontes-nous encore comment ça a basculé - j’adore cette histoire !" s’exclame une femme blonde, tout en caressant une loutre installée sur sa jambe. Les autres approuvent joyeusement, quelques animaux grognent leur assentiment.

"Oui ! Bonne idée, Isabel ! Quoique je me demande la forme que ça va prendre aujourd’hui... Chaque fois que tu racontes l’histoire du changement, c’est une autre version" ajoute un autre homme doté d’un sourire qui lui fend le visage jusqu’aux oreilles. Isabel lui retourne son sourire :

"C’est toujours une autre histoire, parce que c’était un événement multidimensionnel. C’est la même transformation, mais elle s’est produite de tant de manières... Mais cette fois, je vais vous raconter la vraie histoire.

Pour commencer, je dois vous expliquer un peu à quoi le monde ressemblait. A l’époque, la plupart des gens croyaient en ce qu’on appelait la vision du monde scientifique - ils croyaient que seul existait ce qu’ils pouvaient toucher ou voir à travers leurs microscopes. Et -" Isabel doit s’arrêter, interrompue par le fou-rire des loutres, des corbeaux et des chiens. Quand le calme revient, elle continue : "Et durant cette époque de misère spirituelle, d’étranges choses se sont produites - étranges pour le point de vue officiel de l’époque. En très peu de temps, de plus en plus de gens se sont intéressés à l’esprit. Mais vous connaissez cette histoire, et comment Internet a accéléré tout le processus.

Ce qui est encore plus intéressant, c’est que dès l’aube du troisième millénaire, graduellement, les enfants n’acceptèrent plus de se fermer aux dimensions supérieures de la réalité. Ils voyaient les auras, ils se souvenaient de vies passées ou parallèles, ils voyaient les esprit de la nature, comme tous les enfants dans l’histoire. Un jour, il y avait une avalanche de mauvaises nouvelles à la TV, alors ils se sont retrouvés dans leurs corps de lumière, et ils ont fait un cercle tout autour de la planète. Ils se sont mis à chanter en coeur la fameuse chanson des Queens : This could be heaven for everyone. (Ca pourrait être le Ciel pour tout le monde). L’énergie était tellement belle que ça a créé un tsunami d’amour. Soudainement, tout le monde s’est réveillé.

C’est à ce moment que ça s’est produit. Les gens se sont retrouvés au Ciel, pouf, comme ça. C’était un Sacré choc. La première véritable délivrance de toute l’histoire. Pourtant, certains ont réclamé : "Hé, je ne suis pas prêt pour le Ciel - j’ai encore plein d’autres choses à terminer !" Les enfants ont répondu : "Pas de problème, il y a plein de place dans l’univers. Dites-nous simplement ce que vous voulez, et nous vous offrirons un voyage gratuit jusqu’à la planète la plus appropriée. Mais dès maintenant, ici, c’est le Ciel sur Terre. "

Beaucoup de gens décidèrent de rester sur Terre pour vivre dans le Paradis, mais un certain nombre décida de s’en aller. Vous avez aimé la vraie histoire ? "

Tout le monde manifesta sa joie et criant et en riant.

Alain-Yan Mohr
Nadia Hirschi de Lausanne a écrit le 23 novembre 2020
Je rêve d'un Monde d'Unité. Un Monde où chacun comprend que Nous est Un, Uni.
Un Monde où la motivation avérée, émane du Coeur.

Je rêve de ce Monde où, lorsque l'on croise le regard de l'Autre, l'on peut prendre Conscience de sa propre Ame.

Dans les faits, aujourd'hui, dans mon Monde, de plus en plus d'"Autres" devenant enfin en plus en plus Conscients, je sais que le rêve ne sera plus. "NOUS" cesse de dormir : éveillés, nous pouvons enfin Tous, Ensemble, Vivre en brisant la Dualité.

Le Monde de "demain" est Aujourd'hui et si nous l'observons avec attention, si l'on prend le temps véritable de l'écoute de ce qui nous semble être l'Etre le plus "invisible" (insignifiant diront certains...), nous comprendrons que le changement est déjà amorcé depuis toujours. L'oiseau continuera toujours de chanter (sur une branche ou sur un barbelé), l'insecte à danser (sur un trottoir ou une prairie)... ces petits "tout" (Tous) ne se posent pas la question du lendemain : ils vivent continuellement dans un éternel (Ether-Nel) Monde de Maintenant (intemporel). Je suis convaincue que NOUS a, aujourd'hui, la volonté (la faculté étant possible puisque même le plus "petit" des Etres vivants le prouve 🙂 d'interagir avec cette douce intention.

Vive le Monde de DEUX MAINS, celui où chacun comprend que les siennes, tendues vers l'Autre, est un pas véritable en Soi.


Merci pour cette belle initiative de l'Etre Un-Fini 🙂
Stéphane Hirgair de Périgueux a écrit le 18 novembre 2020
Je rêve qu'un jour l'avenir est présent maintenant ! 😊
Samira Burnier a écrit le 16 novembre 2020
Je rêve d'un monde joyeux, plein d'amour et de bienveillance. L'espace temps n'existe plus, donc il n'y a plus de montre et d'horloge ! Nous vivons au rythme des saisons et de la nature. Chacun déploit ses talents. L'échange et la solidarité sont au cœur de la vie de tous les jours. La nature est abondante. L'humain apprend par le jeu, l'école n'est donc plus nécessaire. L'apprentissage ainsi que l'entraide sont intergénérationnels. On apprend en explorant selon ses envies du moment. L'enthousiasme est au cœur de chaque apprentissage. On apprend aussi en observant la nature. La hiérarchie et la soumission n'existent plus mais appartiennent définitivement à l'ancien monde ! Chaque être humain est conscient de la beauté du monde et respecte le divin et la création. Comme la nature est généreuse et abondante, l'argent n'a plus aucune utilité ! Chaque être humain possède un toît, mange à sa faim. Les plantes sont là pour nous guérir en cas de besoin. C'est un paradis sur terre. Nous respectons le vivant et tous les animaux sont nos amis. Nous avons tous de la gratitude de vivre l'expérience terrestre car elle est pleine d'amour, de joie, de paix et de beauté !
Isabelle Alexandrine Bourgeois de Aubonne a écrit le 15 novembre 2020
C'est incroyable! En à peine 6 mois, ma chère planète a changé de locataires! À ma fenêtre, à la place du béton et du goudron, j'observe désormais une nature luxuriante qui recouvrent les façades des immeubles, où les oiseaux viennent nicher joyeusement. Les humains ont ressenti un tel besoin pour un retour à la joie dans leur quotidien qu'ils ont repeint les murs de leur maison de toutes les couleurs. Les voitures ont disparu. Elles ont été remplacée par des petites capsules volantes silencieuses à énergie libre. Tous les gouvernements de la Terre sont tombés, car les hommes sont désormais capables de s'auto-gérer après s'être reconnectés à l'intelligence de vie et aux forces bienveillantes du cosmos. Chacun a retrouvé son équilibre et sa place dans la société. On vit et on se nourrit sans effort, car l'abondance de notre planète est désormais accessibles à tous. Les systèmes économiques et bancaires sont devenus obsolètes. Le négoce des besoins vitaux et des ressources se fait par l'échange et le partage des dons et des savoir-faire de chacun. Les personnes âgées vivent désormais auprès de leur famille et elles sont entourées d'enfants qui viennent s'inspirer auprès d'elles et écouter leurs histoires.

À l'école, l'éducation et l'enseignement tournent autour de la construction du bonheur individuel et collectif par l'apprentissage de l'exploration de la conscience de l’homme dans l'univers, les lois naturelles, l'étude du vivant par la science et la philosophie, par l'expérimentation dans la nature et les jeux. La vie sur Terre devient une célébration. Partout, l’apprentissage et les formations s'acquièrent par le jeu, l'esprit et la connaissance holistique.

Chaque nation retrouve son identité et sa culture propre et en fait profiter les autres pays dans une autonomie pleine et entière. Les frontières physiques ont disparu pour laisser place à des états « d’esprit » communs et harmonieux, d’une région à l’autre. On se regroupe par sensibilités et valeurs, dans une complémentarité absolue. Tous les règnes vivant cohabitent en harmonie et la beauté est plébiscitée par l’art, la musique, l’architecture, la danse, l’alimentation vivante, la culture et les activités physiques pour la santé du corps. Le pouvoir d’une minorité a disparu pour laisser place au souverain en chacun de nous. Les médecines naturelles et technologiques fraternisent pour le bien de tous. Chaque être humain prend soin de la Terre et de tous ses habitants comme son plus précieux trésor.
Matthias Faeh de Ballens a écrit le 15 novembre 2020
Le chant joyeux des oiseaux me réveille. Ils m’invitent à célébrer une nouvelle journée et à l’accueillir le cœur ouvert à toutes les expériences et rencontres. Entre les nuages quelques rayons de soleil percent et je sais qu’il est l’heure de passer à l’action.
Je suis impliqué dans un mouvement qui ne cesse de prendre de l’ampleur. Tous les jours des millions de personnes par le monde acceptent et transcendent leurs peurs et retrouvent ainsi le sens de leur vie. Ils débordent de créativité et de cette énergie nouvelle résulte un nombre incalculable d’initiatives et de réalisations concrètes visant l’autonomie la plus complète. Par exemple :
- L’apprentissage et la pratique des techniques permettant l’éveil de la vie intérieure sous toutes ces formes fait partie du quotidien.
- La générosité, la compassion, l’humilité et le courage sont les traits de caractère de ceux assumant un rôle collectif.
- Reverdir la planète entière est au cœur des préoccupations et partout des jardins, vergers et forêts percent le béton.
- Communiquer avec les animaux et respecter leurs besoins est une évidence pour tous.
- Les enseignants sortent des écoles avec leurs élèves pour apprendre au contact de la vie. Ils explorent la nature, rendent visite aux artisans et participent à la plupart des projets de construction.
- Tous sont encouragés et aidés à faire des séjours actifs de longues durées sur d'autres continents. Ainsi l'apprentissage individuel de langues et cultures différentes a remplacé le tourisme de masse consumériste.